Instagram

17 juillet 2019 07:43; Act: 17.07.2019 09:46 Print

La cote des instagrameurs s'effrite sur l'app

L'abondance de publications payantes dans les flux de l'app se fait au détriment des prescripteurs bien établis, soulignant le rôle joué par Facebook.

storybild

L'âge d'or des influenceurs semble révolu sur Instagram. (photo: AFP/Loic Venance)

Une faute?

L'âge d'or des influenceurs semble révolu sur Instagram. C'est le verdict d'une étude relayée par le site Mobile Marketer soulignant le rôle joué par les algorithmes de la filiale de Facebook qui privilégient les messages sponsorisés. Toutes les catégories de prescripteurs sont touchées, notamment ceux faisant la promotion de destinations de voyage. De 8% l'an dernier, le taux d'engagement moyen de leurs publications avec les fans a fondu à 4,5 cette année, selon les chiffres d'InfluencerDB. Ce calcul se fonde sur la moyenne de like par publication et le nombre d'abonnés.

Selon le cabinet d'analyse, le taux d'interactivité moyen généré par les publications non parrainées a baissé, passant de 4,5% trois ans plus tôt à 1,9% au premier trimestre 2019, celui des postes sponsorisés chutant de 4 à 2,4% sur la même période. Les influenceurs de voyages représentent quelque 5% du total des messages sponsorisés d'Instagram, derrière d'autres catégories comme la mode (25%), la nourriture (12%) et la beauté (7%).

Il vaut mieux désormais être un micro-influenceur sur Instagram, relève le cabinet. Les prescripteurs ayant entre 1 000 et 5 000 abonnés affichent le taux d'engagement le plus élevé, soit 8,8%, contre 6,3% à ceux réunissant entre 5 000 et 10 000 adeptes et 3,6% à ceux en totalisant plus de 10 000. Les influenceurs de masse sont donc priés de se trouver un nouveau royaume où les places sont beaucoup plus ouvertes, à l'image de TikTok, l'app vidéo de karaoké qui a la cote.

(L'essentiel/laf)