Technologie

09 octobre 2018 20:34; Act: 09.10.2018 20:39 Print

La faille Google fait de l'ombre à son smartphone

Le géant du web n'avait pas prévu que la polémique générée par la faille de son réseau social, lundi, parasiterait la sortie de son nouveau téléphone, Pixel.

storybild

La faille de Google+ a éclipsé la sortie du nouveau smartphone de Google. (photo: Timothy A.Clary)

Sur ce sujet

Google était mardi au centre d'une polémique après avoir tardé à révéler une faille informatique ayant exposé des données d'utilisateurs, ce qui faisait de l'ombre à une présentation prévue de nouveaux modèles de son téléphone Pixel.

Après le lancement en septembre par Apple et Amazon d'une batterie de produits innovants, Google doit dévoiler une nouvelle série d'appareils destinés à retenir ses utilisateurs dans son écosystème. Mais comme d'autres géants de la Silicon Valley, le groupe de Mountain View (Californie) a été rattrapé à son tour par les controverses sur l'utilisation des informations des internautes: le groupe a annoncé lundi que son réseau social Google+ avait été touché, durant trois ans, par une faille informatique ayant exposé des données personnelles d'un demi-million de comptes.

Au-delà du problème informatique en tant que tel, il est reproché au groupe de ne pas avoir communiqué plus tôt sur cette faille décelée en mars. D'après le Wall Street Journal, les dirigeants du groupe craignaient d'attirer l'attention des régulateurs et redoutaient un traitement identique à celui réservé à Facebook à la suite du scandale Cambridge Analytica. Cette société britannique est accusée d'avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles d'utilisateurs du réseau social américain, à des fins politiques.

Multiplication des piratages

Cette révélation a en tout cas de nouveau relancé les interrogations sur les pratiques des réseaux sociaux, quelques jours après la révélation par Facebook d'un piratage ayant affecté 50 millions de comptes.

Malgré des accords sur le consentement passés avec le régulateur américain du commerce (FTC), «aucune de ces entreprises ne semble avoir été particulièrement réprimandée pour ses pratiques en termes de protection des données», a ainsi regretté le sénateur démocrate Mark Warner. «Il semble évident que le Congrès doit renforcer son action» sur le sujet, a-t-il ajouté.

Pour Marc Rotenberg, président du Centre d'information sur les données personnelles électroniques, la faille dévoilée par Google suggère que la FTC a encore une fois échoué dans sa mission de protection des informations des internautes. «Les piratages de données se multiplient mais la FTC manque de volonté politique pour mettre en oeuvre ses propres décisions», a-t-il estimé en appelant à la création d'une agence dédiée.

Google s'était déjà attiré les foudres des législateurs en refusant de participer début septembre à des auditions sur les campagnes d'ingérences politiques étrangères sur les réseaux sociaux, auxquelles ont participé Twitter et Facebook. Google est aussi accusé par le président américain de truquer les résultats de son moteur de recherche au profit des médias «de gauche» et, logiquement, au détriment des conservateurs.

Contrat annulé

Autre événement venant parasiter la présentation des téléphones mardi: le groupe a expliqué avoir renoncé, par principe, à une opportunité de se faire beaucoup d'argent. Google a en effet choisi de ne pas se positionner sur un contrat massif de stockage de données en ligne («cloud») du ministère de la Défense américain pouvant atteindre 10 milliards de dollars, notamment car il n'a «pas reçu l'assurance qu'il serait conforme à nos principes en matière d'intelligence artificielle».

Le directeur général du groupe, Sundar Pichai, avait présenté en juin un ensemble de principes censés guider le développement et l'utilisation de l'intelligence artificielle par le groupe, filiale de la holding Alphabet. Google entendait ainsi ne pas s'impliquer dans des «technologies qui sont ou pourraient être nocives» et «des armes ou d'autres technologies dont le but principal ou la mise en œuvre causeraient ou faciliteraient l'atteinte physique aux personnes».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.