Facebook

23 octobre 2021 08:40; Act: 23.10.2021 13:22 Print

La lanceuse d’alerte fait encore des révélations

Facebook est de nouveau mis en cause pour son absence de réactions concernant la désinformation du réseau social pendant la présidentielle 2020.

storybild

Le réseau social américain est dans la tourmente. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook avait conscience de la radicalisation de nombreux utilisateurs et du flot de désinformation en lien avec l’élection présidentielle américaine de 2020, mais n’a pas réagi en conséquence d’après des documents de la lanceuse d’alerte Frances Haugen, obtenus par différents journaux américains. Ces révélations sont les dernières en date d’une longue série, depuis une première vague d’enquêtes publiées par le Wall Street Journal en septembre grâce à des rapports internes transmis par cette ex-employée du groupe californien. Vendredi, des articles du New York Times, du Washington Post ou encore de la chaîne NBC portaient sur le rôle de Facebook dans la polarisation intense de la vie politique aux États-Unis.

Début novembre, quelques jours après le scrutin, un analyste faisait par exemple savoir à ses collègues que 10% des contenus politiques visionnés par les utilisateurs américains de la plateforme étaient des messages assurant que le vote avait été truqué, d’après le New York Times.

Cette rumeur sans fondement, martelée par l’ex-président Donald Trump, a alimenté la colère de nombreux conservateurs et conspirationnistes, qui a culminé avec les émeutes du Capitole le 6 janvier. Des partisans du milliardaire républicain avaient ce jour-là envahi le Congrès pendant la certification de la victoire du démocrate Joe Biden. Cinq personnes ont trouvé la mort pendant ou peu après l’attaque. Dans la foulée, Facebook comme Twitter et les autres grandes plateformes ont banni Donald Trump et les mouvements extrémistes impliqués dans les émeutes. Mais d’après les nouvelles révélations publiées vendredi, des employés du groupe californien estiment qu’il aurait pu mieux anticiper le problème.

«Le voyage de Carol»

Ces informations ont été extraites de milliers de documents internes remis à la SEC, l’autorité boursière, par Frances Haugen. Début octobre, elle a répété devant des sénateurs américains que les dirigeants de la firme, Mark Zuckerberg en tête, «financent leurs profits avec notre sûreté». Elle avait auparavant fait fuiter des études montrant que Facebook a conscience des problèmes psychologiques des adolescentes surexposées aux vies et corps apparemment «parfaits» des influenceuses sur Instagram.

C’est le fil rouge de ces révélations: le géant des réseaux sociaux connaissait les problèmes mais a choisi, en bonne partie, de les ignorer, selon la lanceuse d’alerte et d’autres sources anonymes. Les articles de vendredi évoquent ainsi un rapport intitulé «Le voyage de Carol vers QAnon». Carol Smith, une «mère conservatrice de Caroline du Nord», était un faux compte créé par un chercheur, payé par Facebook pour étudier le rôle de la plateforme dans la polarisation des utilisateurs. D’après ce chercheur, dès l’été 2019, Carol Smith était exposée par l’algorithme du réseau social à un «torrent de contenus extrêmes, conspirationnistes et choquants», dont des groupes de la mouvance QAnon.

La défense de Facebook ne convainc pas

Face à cette nouvelle vague de critiques, Facebook a publié un communiqué rappelant ses investissements conséquents pour assainir ses plateformes et soutenir le processus démocratique. «Mais la responsabilité de l’insurrection revient à ceux qui ont enfreint la loi et à ceux qui les y ont incités», y déclare Guy Rosen, un vice-président du groupe chargé de l’intégrité civique.

Cette défense a peu de chances de satisfaire des élus remontés à bloc contre le réseau social. D’autant que le flot de révélations ne tarit pas: un consortium d’une dizaine d’organisations de presse, de CNN au Monde, s’apprête à publier des articles basés sur ces documents, d’après le site spécialisé The Information. Et un nouveau lanceur d’alerte s’est manifesté, selon un article du Washington Post paru vendredi.

Ex-membre de l’équipe d’intégrité civique, il a fait une déposition auprès de la SEC le 13 octobre, où il accuse Facebook de faire passer les profits avant les enjeux humains. Dans ce document, l’ancien employé relate notamment des propos tenus en 2017, quand l’entreprise décidait de la meilleure façon de gérer la polémique liée à l’interférence de la Russie dans la présidentielle américaine de 2016, via sa plateforme. «Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant, on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien», aurait alors déclaré Tucker Bounds, un membre de l’équipe de communication de Facebook.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mario le 23.10.2021 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Facebook n'est qu'un autre outil de propagande. Je conseille a tout nos citoyens de ne plus utilisez ces platformes.

  • notNeeded le 25.10.2021 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    doit-on rappeler que la liberté d'expression était en vogue aux US à ce moment là? le site web risquait un procès à rejeter des membres qui s'expriment librement, et n'était pas censé avoir un unité pour analyser les tendances néfastes aujourd'hui, on est plutôt à 'suspect potentiel non avéré légalement' => 'condamnation publique morale' avec toutes les conséquences (perte d'emploi, de sponsors, destruction de familles...). ralentissons un peu. L'apparence n'est pas censée gouverner l'espèce qui prétend être la plus évoluée de la planète.

  • ALLS le 24.10.2021 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi les gens sont ils aussi stupides à livrer tous leurs secrets à des experts manipulateurs en marketing... Mark Snowden avait raison désormais il n y a plus de vie privée ... on exerce meme un chantage sur la vie sociale des gens ... vaccinés et surveillés tout va bien .. non vaccinés exclusion sociales contraintes financieres pour travailler se soigner et maintenant manger à certains endroits en Allemagne .... c est de la dictature libérale digne des pires dictatures communistes ... nous sommes en dictature celle des firmes sutpuissantes qui dégradent l autotité de l Etat par la corruption de nos politiques... la Parti communiste chinois l a bien compris et tente de mater le putsch en contraignant les grandes sociétés à servir les interêts de la nation ... la démocratie .. nos democraties ne sont que des illusions ...

Les derniers commentaires

  • fesboek le 25.10.2021 14:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alls, j’adore ta culture générale… A ce niveau, ce n’est plus de l’ignorance mais de la bêtise humaine. Cessez d’exposer vos vies sur les réseaux sociaux et vous verrez, ça ira mieux

    • Sandro le 25.10.2021 20:42 Report dénoncer ce commentaire

      Dites à l'alcoolique de cesser de boire !

  • notNeeded le 25.10.2021 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    doit-on rappeler que la liberté d'expression était en vogue aux US à ce moment là? le site web risquait un procès à rejeter des membres qui s'expriment librement, et n'était pas censé avoir un unité pour analyser les tendances néfastes aujourd'hui, on est plutôt à 'suspect potentiel non avéré légalement' => 'condamnation publique morale' avec toutes les conséquences (perte d'emploi, de sponsors, destruction de familles...). ralentissons un peu. L'apparence n'est pas censée gouverner l'espèce qui prétend être la plus évoluée de la planète.

  • diviser pour mieux le 25.10.2021 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est qu'un outil de division.L'algorithme ne présente que des choses qui vous ressemblent et va dans votre sens. Les utilisateurs sont regroupés en "ghetto" virtuel, il n'y a qu'un point de vu et qu'un angle de vue. C'est a mon avis pour cela que l'on voit autant d’extrémiste de tout horizon. Suivant à qui vous parlez, si vous avez le malheur d'être modéré alors vous basculez dans l'autre camp.

  • F4lken le 25.10.2021 07:59 Report dénoncer ce commentaire

    Si c’est gratuit c’est vous le produit

  • DOP@MIN le 24.10.2021 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ALLS que fait tu ici? Tu est encore là ? La chine te convient ? Mais fait attention à ce que tu écris sur Weibo, sinon tu vas déchanter dans ta démocratie imaginaire. Quand l’ignorance veut attribuer la faute à la bêtise de l’utilisation à outrance des réseaux au gouvernement. Regardez vous d’abord au moins dans une flaque d’eau avant de crier la faute au autres pour tout et rien, quand c’est vous qui faites vous vies, au du moins. Quand tu cites des personnes apprend au moins leurs noms Edward.