«Sécurité nationale»

20 octobre 2020 19:37; Act: 21.10.2020 12:25 Print

La Suède bannit à son tour Huawei de son réseau 5G

Comme le Royaume-Uni, la Suède a explicitement banni les groupes chinois Huawei et ZTE de son nouveau futur réseau télécoms 5G, invoquant la sécurité nationale.

storybild

Les équipements déjà installés pouvant servir à la 5G devront être retirés d'ici au 1er janvier 2025. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Royaume-Uni avait été le premier pays européen à le faire en juillet: la Suède a à son tour explicitement banni les groupes chinois Huawei et ZTE de son nouveau futur réseau télécoms 5G, invoquant la sécurité nationale au grand dam de Pékin. «Nous nous opposons fermement à l'abus du concept de "sécurité nationale", à la violation des règles de marché et des principes de concurrence équitable, en l'absence de toute base factuelle ou de preuve solide», a réagi l'ambassade de Chine, à Stockholm, dans un communiqué. Elle a déploré «le bannissement d'entreprises chinoises sur des accusations infondées, créant des barrières artificielles à la coopération».

Après le Royaume-Uni mi-juillet, la Suède est le deuxième pays d'Europe et le premier de l'Union européenne à explicitement bannir Huawei de la quasi-totalité de l'infrastructure nécessaire pour faire fonctionner son réseau 5G, selon un pointage réalisé par l'AFP. La patrie d'Ericsson, principal concurrent de Huawei dans la 5G avec le finlandais Nokia, a pris cette décision à la suite d'un examen de son autorité de régulation des télécoms, associée à l'armée et au renseignement. L'audit visait à «garantir que l'utilisation des fréquences ne met pas en danger la sécurité de la Suède», selon l'Autorité suédoise des télécoms (PTS).

Huawei, numéro un mondial du secteur, et ZTE, un autre des principaux équipementiers télécoms, seront bannis de toutes les «fonctions centrales», c'est-à-dire peu ou prou l'ensemble du réseau selon l'inventaire dressé par la PTS. Les équipements déjà installés pouvant servir à la 5G devront être retirés d'ici au 1er janvier 2025, un délai encore plus court que celui fixé par Londres, qui a donné jusqu'à 2027.

(L'essentiel/afp)