Réseaux sociaux

30 juin 2020 09:00; Act: 30.06.2020 09:01 Print

Le boycott contre Facebook prend de l’ampleur

Pour protester contre la haine qui se déverse sur le réseau social, de nombreuses marques ont décidé de le boycotter, lui faisant perdre plus de 50 milliards de dollars.

storybild

Le vaste mouvement contre le racisme systémique aux États-Unis s’est traduit, entre autres, par de la colère à l’égard des réseaux sociaux. (photo: AFP/Josh Edelson)

Sur ce sujet
Une faute?

Près de 200 marques, dont Coca-Cola, Levis et Starbucks, boycottent en ce moment Facebook au nom de la lutte contre la haine sur les réseaux, mais ce mouvement a peu de chance de changer la plateforme en profondeur.

Avec l’ajout de firmes de poids vendredi, comme Unilever, les marchés ont réagi: le géant des réseaux sociaux a perdu plus de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière en une journée, avant de rebondir de plus de 10 milliards lundi.

«Militantisme numérique»

«Nous sommes entrés dans une nouvelle ère du militantisme numérique», remarque Greg Sterling, un analyste spécialisé dans le marketing en ligne. «Les ONG font appel aux annonceurs pour assainir les réseaux sociaux, à cause de leur réticence, voire de leur refus, à le faire eux-mêmes. Dont acte: toutes les plateformes sociales vont être obligées de réexaminer leur règlement, de l’ajuster ou d’adopter de nouvelles mesures qui empêchent la haine et le racisme de proliférer.»

Le vaste mouvement contre le racisme systémique aux États-Unis s’est traduit, entre autres, par de la colère à l’égard des réseaux sociaux, perçus comme trop tolérants envers les prises de parole racistes, insultantes ou faisant l’apologie de la violence – y compris des propos tenus par le président américain Donald Trump.

Des associations, dont la NAACP, la grande organisation de défense des droits civiques des Afro-Américains et une organisation de lutte contre l’antisémitisme, l’Anti-Defamation League, ont appelé les sociétés à ne pas acheter d’espaces publicitaires sur Facebook en juillet.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • igod le 01.07.2020 12:58 Report dénoncer ce commentaire

    Le boycott c'est tout ce qui nous reste pour contester. N'ayons pas peur de l'utiliser a grand échelle.

Les derniers commentaires

  • igod le 01.07.2020 12:58 Report dénoncer ce commentaire

    Le boycott c'est tout ce qui nous reste pour contester. N'ayons pas peur de l'utiliser a grand échelle.