Évolution technique

03 novembre 2018 13:20; Act: 03.11.2018 13:26 Print

Le Galaxy S10 devrait arrêter le scanner d'iris

Le prochain smartphone de Samsung pourrait marquer la fin de ce système d'authentification biométrique, au profit d'un capteur d'empreinte sous l'écran.

storybild

Samsung avait dévoilé le Galaxy S9, lors d'un événement à Barcelone, le 25 février dernier. (photo: AFP/Lluis Gene)

Sur ce sujet

Introduite par Samsung en 2016 sur ses appareils haut de gamme, à commencer par le Galaxy Note 7, le scanner d'iris ne devrait, comme le port mini-jack, pas être embarqué par le Galaxy S10. La firme souhaiterait pousser les limites de l'écran du futur smartphone encore plus loin, en réduisant davantage le bord supérieur, croit savoir ET News.

Ce système biométrique serait remplacé par un lecteur d'empreintes digitales placé directement sous l'écran, technologie déjà apparue sur certains appareils des fabricants chinois Oppo, Huawei et OnePlus. Il devrait s'agir de la seule technologie d'authentification biométrique qui équipera les trois modèles de Galaxy S10 attendus au printemps prochain. L'appareil le plus abordable devrait intégrer un capteur optique sous l'écran, tandis que ses deux grands frères disposeraient d'un capteur à ultrasons, avance encore le média sud-coréen.

Samsung ne devrait par ailleurs toujours pas céder à la mode de l'encoche, appelée aussi «notch», malgré la réduction des bordures de la dalle. La caméra frontale pourrait en effet être placée sous l'écran du Galaxy S10.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.