Au Canada

05 février 2019 20:55; Act: 06.02.2019 10:17 Print

Le patron emporte le mot de passe dans sa tombe

180 millions de dollars (120 millions d'euros) en cryptomonnaie sont bloqués sur la plateforme d'échange canadienne QuadrigaCX, depuis le décès de son fondateur.

storybild

Gerald Cotten était à la tête de la plateforme d'échange de bitcoins et d'autres monnaies virtuelles. (dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Un site canadien d'échange de cryptomonnaies a saisi la justice pour dénouer un imbroglio juridique après la mort de son jeune PDG, seul à connaître le mot de passe permettant d'accéder aux centaines de millions de dollars appartenant à ses clients. La Cour suprême de Nouvelle-Écosse devait se pencher mardi sur la requête de la société Quadriga CX, basée à Vancouver, qui demande à être placée sous le régime des faillites. Une déclaration sous serment a été déposée par la veuve de l'ancien président, Jennifer Robertson, au nom de la plateforme numérique.

Selon ce document cité mardi par plusieurs médias canadiens, Mme Robertson affirme que l'ex-patron de Quadriga, Gerald Cotten, était le seul à connaître les codes permettant d'accéder notamment à l'équivalent de 180 millions de dollars canadiens (120 millions d'euros) en cryptomonnaies appartenant à 115 000 clients. La société a annoncé mi-janvier que Cotten, âgé de 30 ans, était mort des suites de complications de la maladie de Crohn lors d'un voyage humanitaire en Inde, le 9 décembre.

Dans sa déclaration transmise à la justice, sa veuve explique que son mari avait emporté dans la tombe les codes d'accès à son ordinateur portable crypté avec lequel il gérait sa compagnie. Cet ordinateur donne notamment accès aux fonds en cryptomonnaies déposés dans des «portefeuilles froids», un support numérique codé hors ligne permettant d'échapper aux pirates informatiques, explique la presse. «Je ne connais pas le mot de passe ni les codes de récupération», a assuré Jennifer Robertson. «Malgré des recherches répétées et méticuleuses, je n'ai pu en trouver aucune trace écrite.» La société, présentée comme la principale plateforme de cryptomonnaies au Canada, permet d'échanger bitcoin, litecoin et etherum.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ridicule modernisme le 05.02.2019 23:28 Report dénoncer ce commentaire

    Notre société moderne nous conduira à la faillite.

  • Cr15 le 06.02.2019 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    N'etant pas un mort d'un deces brutal mais d'une longue maladie, soit il se fichait totalement de l'avenir de sa societe et de ses clients, soit il avait effectivement communiquer ses codes d'acces mais le ou les destinataires ont prefere mettre en faillite la societe et recuperer bien plus tard le token stocke et duplique (ailleurs) puis les dechiffrer plus tard pour les transferer... quand la tempete sera plus calme.

  • Mimile le 06.02.2019 12:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il est vraiment mort? Ou bien il a "disparu" avec l'argent? Ou bien la veuve "n'a rien trouvé"?

Les derniers commentaires

  • Fred du luxembourg le 06.02.2019 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De nombreuses personnes sont affectées par cette maladie. A 30 ans on ne pense pas que l on va mourrir compte tenu que cette maladie se soigne très bien. Juste le voyage en Inde pas recommandée pour sa nourriture épicée ... Faut pas voir le mal partout.

  • Mimile le 06.02.2019 12:13 Report dénoncer ce commentaire

    Il est vraiment mort? Ou bien il a "disparu" avec l'argent? Ou bien la veuve "n'a rien trouvé"?

  • Sandro le 06.02.2019 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, de jour en jour on remarque plus d'inconvénients venant de la digitalisation. Mais l'homme, l'être qui se croit le plus intelligent sur terre, continue quand-même.

    • réaliste le 07.02.2019 16:05 Report dénoncer ce commentaire

      Ou est inconvénients ici ? Est-ce que l'invention de la cuillère à apporté des inconvénients car celle ci peut être utilisé pour s'arracher un oeil ?

  • Cr15 le 06.02.2019 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    N'etant pas un mort d'un deces brutal mais d'une longue maladie, soit il se fichait totalement de l'avenir de sa societe et de ses clients, soit il avait effectivement communiquer ses codes d'acces mais le ou les destinataires ont prefere mettre en faillite la societe et recuperer bien plus tard le token stocke et duplique (ailleurs) puis les dechiffrer plus tard pour les transferer... quand la tempete sera plus calme.

  • Anonymous le 06.02.2019 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le mec il a une maladie qui se complique et se dit pas à aucun moment qu'il faut peut etre prendre des dispo au cas où...