En Australie

31 juillet 2020 07:38; Act: 31.07.2020 07:49 Print

Le projet pour faire payer Google et Facebook

L’Australie veut obliger les Gafa à rémunérer les médias, qui sont de plus en plus nombreux à devoir licencier ou à disparaître, pour leurs contenus.

storybild

«Ce n’est rien de moins que l’avenir du paysage médiatique australien qui est en jeu avec ces changements», a déclaré à la presse le ministre australien des Finances Josh Frydenberg. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Australie a dévoilé vendredi son projet de loi visant à contraindre Google et Facebook à rémunérer les médias pour leurs contenus, une initiative vivement combattue par les deux géants de la tech. Ce «code de conduite contraignant» censé gouverner les relations entre des médias en grandes difficultés financières et les géants qui dominent l’internet intervient après 18 mois de négociations qui n’ont pas permis de rapprocher les deux camps. Outre l’obligation de payer en échange des contenus, le code traite de questions comme l’accès aux données des usagers, la transparence des algorithmes et l’ordre d’apparition des contenus dans les flux d’information des plateformes et les résultats de recherches.

«Ce n’est rien de moins que l’avenir du paysage médiatique australien qui est en jeu avec ces changements», a déclaré à la presse le ministre australien des Finances Josh Frydenberg, en précisant que le projet de loi serait présenté au parlement dans les prochaines semaines. Le code s’appliquera à terme à toute plateforme numérique utilisant des contenus provenant des médias australiens, mais il se concentrera dans un premier temps sur Facebook et Google, deux des compagnies les plus riches et les plus puissantes du monde.

Google «profondément déçu»

Google s’est dit «profondément déçu» par le projet. «L’intervention musclée du gouvernement menace d’entraver l’économie numérique australienne et d’avoir un impact sur les services que nous fournissons aux Australiens», a menacé la directrice générale de Google pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande, Mel Silva.L’initiative australienne est suivie de près à travers le monde à un moment où les médias souffrent dans une économie numérique où les revenus publicitaires sont de plus en plus captés par Facebook, Google et d’autres grandes firmes de la tech. La crise des médias a été aggravée par l’effondrement économique provoqué par le coronavirus. En Australie, des dizaines de journaux ont été fermés et des centaines de journalistes licenciés ces derniers mois.

Facebook et Google sont fortement opposés à toute mesure qui les contraindrait à partager les revenus publicitaires. Ils ont laissé entendre que si des paiements obligatoires étaient introduits, ils pourraient simplement boycotter les médias australiens. Mais Josh Frydenberg a prévenu que le futur code interdirait toute «discrimination» envers les médias australiens de la part de ces compagnies.

«Égalité des chances»

«Le projet de loi présenté aujourd’hui va attirer l’attention de nombreuses agences de régulation et de nombreux gouvernements à travers le monde», a prédit le ministre australien en affirmant que le dispositif australien serait une «référence mondiale». Il a précisé que le but n’était «pas de protéger les médias australiens de la concurrence, ou des chamboulements que connaît ce secteur», mais de «créer un terrain de jeu stable pour assurer l’égalité des chances pour les médias australiens».

«Nous souhaitons que Google et Facebook continuent de fournir aux Australiens leurs services qui sont très appréciés par les Australiens», a aussi avancé Josh Frydenberg. «Mais nous voulons qu’ils le fassent à nos conditions, conformément à nos lois, et que ce soit équitable». Google a annoncé le mois dernier qu’il allait rémunérer plusieurs médias en Allemagne, au Brésil mais aussi en Australie, pour alimenter une nouvelle plateforme d’information. Mais beaucoup y ont vu une façon pour le groupe de dicter ses conditions. Le code, élaboré par le gendarme australien de la concurrence (ACCC), prévoit que les géants d’Internet négocient «de bonne foi» avec les médias pour se mettre d’accord sur une rémunération.

10% du chiffre d'affaires

Faute d’accord sous trois mois, le dossier serait confié à un arbitrage qui fixerait de façon contraignante le niveau de ces paiements. Le code prévoit des pénalités de 10 millions de dollars australiens (6 millions d'euros) ou 10% du chiffre d’affaires local du groupe, que l’ACCC a estimé à quatre milliards AUD par an.

Les deux groupes avaient rejeté des versions préliminaires de la proposition de paiements obligatoires aux médias, tout en affirmant qu’ils participeraient à un projet collaboratif pour étudier les plaintes des médias. Les deux groupes ont soutenu que les revenus publicitaires adossés aux contenus d’information représentaient une fraction minime de leurs revenus. Ils affirment au contraire qu’ils contribuent à valoriser les sites australiens d’information en orientant vers eux les internautes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike le 02.08.2020 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    Quand des riches multinacionales globalistes payent moins % d'impôts qui les mecs avec le dalaire minimum social quekque chose marche vraiment très mal cest la corrupcion total de la democracie a geneaux face a les corpiracions toujours fascistes par nature et les Politicians aiment beaucoup ce sort de compagnies étrange....

Les derniers commentaires

  • Mike le 02.08.2020 13:24 Report dénoncer ce commentaire

    Quand des riches multinacionales globalistes payent moins % d'impôts qui les mecs avec le dalaire minimum social quekque chose marche vraiment très mal cest la corrupcion total de la democracie a geneaux face a les corpiracions toujours fascistes par nature et les Politicians aiment beaucoup ce sort de compagnies étrange....