Au Japon

19 mai 2014 09:34; Act: 19.05.2014 14:39 Print

Le smartphone, un fléau pour les appareils photo

Avec une chute de moitié de leurs ventes d'appareils photo, les sept grands groupes japonais du secteur de l'image numérique vivent un drame dont le coupable est tout désigné: le smartphone.

storybild

Les appareils photographiques numériques vont-ils finir comme les appareils à pellicules? (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Peu importe que leur marque et leur longue expérience soient encore un gage de qualité, les Nikon, Canon, Sony ou Olympus souffrent durement depuis que les mobiles intègrent une fonction appareil photo. Car pour le consommateur lambda, même si les images prises avec un smartphone n'égalent pas celles immortalisées par un boîtier reflex dédié, c'est largement suffisant dans la plupart des cas.

De plus, entre smartphones et appareils numériques compacts d'entrée de gamme, si hier «il n'y avait pas photo» - le compact l'emportait largement -, aujourd'hui, c'est pour ainsi dire du pareil au même. Difficile de lutter, même si «on essaie de trouver des fonctions particulières que ne sont pas encore à même de réaliser les smartphones», expliquait récemment une porte-parole de Casio, premier groupe à avoir mis sur le marché en 1995 un appareil photo numérique à écran à cristaux liquides (LCD). Selon les prévisions de ventes établies par Canon, Nikon, Sony, Fujifilm, Panasonic, Olympus et Casio, leurs ventes, tous modèles confondus, plafonneront à 48 millions d'exemplaires au cours des douze mois compris entre avril 2014 et mars 2015, deux fois moins que lors du pic atteint en 2010/2011.

«Les conditions du marché des appareils à objectif interchangeables se sont dégradées et le marché des compacts s'est considérablement rétréci», a regretté Nikon, en présentant ses résultats annuels. Le déclin est tel qu'Olympus a abandonné les modèles compacts pour ne plus se consacrer qu'aux boîtiers dits hybrides sans miroir, un compromis entre compacts et encombrants reflex, qui ont le vent en poupe auprès du grand public.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Polop le 21.05.2014 21:47 Report dénoncer ce commentaire

    C'est surtout un fléau pour les autres. Tous les jours, on voit des photos mal cadrées, à moitié floues et sans perspectives gavées par un iphone…

  • Belial le 19.05.2014 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement, j'ai plutot l'impression que l'époque ou on changeait son appareil photos tous les ans est révolue. Le reflex que nous avons, bien qu'un peu vieux, nous donne entière satsifaction. De ce fait, nous n'avons aucune envie de le remplacer par un neuf, sous pretexte que son capteur fait 20 millions de pixels...

Les derniers commentaires

  • Polop le 21.05.2014 21:47 Report dénoncer ce commentaire

    C'est surtout un fléau pour les autres. Tous les jours, on voit des photos mal cadrées, à moitié floues et sans perspectives gavées par un iphone…

  • Belial le 19.05.2014 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement, j'ai plutot l'impression que l'époque ou on changeait son appareil photos tous les ans est révolue. Le reflex que nous avons, bien qu'un peu vieux, nous donne entière satsifaction. De ce fait, nous n'avons aucune envie de le remplacer par un neuf, sous pretexte que son capteur fait 20 millions de pixels...

    • Charles M le 19.05.2014 12:18 Report dénoncer ce commentaire

      Si si moi je veux bien le changer, contre un D800S avec un 24-70 Nikkor.