Sécurité sur Internet

31 octobre 2018 15:16; Act: 31.10.2018 15:31 Print

Le test «Je ne suis pas un robot» sera moins pénible

Google a lancé la troisième version de son outil qui permet de lutter contre l'utilisation de bots sur les sites web. Elle ne requiert aucune action de la part de l'internaute.

Sur ce sujet
Une faute?

La protection contre les bots sur le web va moins perturber l'expérience de navigation des internautes. Google a mis à jour son outil reCAPTCHA, qui permet aux sites web de distinguer les humains des ordinateurs, afin de ne pas être submergés par des requêtes automatisées envoyées par des robots. Rendue disponible dans sa version 3, cette technologie va encore plus loin en matière de simplification.

Si elle demandait à l'origine aux internautes de déchiffrer des mots déformés issus de la numérisation d'ouvrages anciens en tapant correctement des caractères ou des chiffres, puis, dans sa version 2, d'identifier des objets, comme des véhicules par exemple, en cochant des images, la solution sera désormais moins fastidieuse. Invisible, le système de vérification ne requiert plus aucune interaction de la part des visiteurs. Un test sera proposé uniquement en cas de doute.

Grâce à une nouvelle balise appelée Action, que Google recommande aux webmasters d'intégrer sur les pages les plus importantes de leurs sites, l'outil reCAPTCHA v3 effectue en tâche de fond une analyse minutieuse du trafic d'un site web, afin de déterminer sa qualité et s'il ne provient pas de bots. Il attribue à chaque visiteur une note, comprise entre 0.0 (mauvais) et 1.0 (bon), en fonction de ses interactions avec le site web. Celui qui obtient un score nul ou proche du zéro sera soupçonné d'être un robot et sera prié de passer un test reCAPTCHA traditionnel ou de procéder à une authentification à deux facteurs, via l'envoi d'un code par SMS, par exemple.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 01.11.2018 09:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que ça va faciliter notre travail ici a l'usine en Russie ? Pour le moment ces contrôles sont très pénibles et demandent beaucoup de temps et de personnel.

  • Un peu expert quand même le 31.10.2018 20:53 Report dénoncer ce commentaire

    Bref, Google va essayer que les sites web indépendants flicque les internautes à la place de Google, quitte à récupérer les données du fliquage par derrière. Un magnifique exemple de délestage de responsabilité sur la collecte de données personnelles... Gare aux lois sur la vie privée.

  • Guy Fawkes le 31.10.2018 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une manière de prendre des données à notre insu.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 01.11.2018 09:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que ça va faciliter notre travail ici a l'usine en Russie ? Pour le moment ces contrôles sont très pénibles et demandent beaucoup de temps et de personnel.

  • Un peu expert quand même le 31.10.2018 20:53 Report dénoncer ce commentaire

    Bref, Google va essayer que les sites web indépendants flicque les internautes à la place de Google, quitte à récupérer les données du fliquage par derrière. Un magnifique exemple de délestage de responsabilité sur la collecte de données personnelles... Gare aux lois sur la vie privée.

  • Guy Fawkes le 31.10.2018 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une manière de prendre des données à notre insu.