Satya Nadella

29 septembre 2021 16:27; Act: 29.09.2021 16:54 Print

«Le truc le plus étrange sur lequel j'ai travaillé»

Le patron de Microsoft est revenu sur la tentative infructueuse de rachat de TikTok, l’an dernier.

storybild

Satya Nadella, 54 ans, à la tête de Microsoft depuis 2014. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

Interviewé lundi soir lors de la Code Conference à Beverly Hills (Los Angeles), Satya Nadella, patron de Microsoft, a révélé de nouveaux détails concernant la tentative ratée de son entreprise d’acquérir TikTok aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande, l’année dernière. Pour rappel, au nom de la sécurité nationale et de la protection des données, l’ex-président des États-Unis Donald Trump menaçait de fermer dans le pays la populaire app de courtes vidéos appartenant au géant chinois ByteDance, si elle ne passait pas sous le contrôle d’une société américaine. TikTok, qui dit avoir passé le cap du milliard d’utilisateurs actifs, a finalement conclu un partenariat avec les géants Oracle et Walmart, mais il a été mis en suspens indéfiniment par l’administration Biden, en février 2021.

«C’était la chose la plus étrange sur laquelle j’ai jamais travaillé», a déclaré le dirigeant à la journaliste Kara Swisher. «C’était la chose la plus étrange que j’ai jamais rapportée», a quant à elle reconnu la journaliste. Satya Nadella a expliqué, qu’à l’origine, TikTok s’est adressé à Microsoft pour conclure un partenariat en matière de cloud computing et de sécurité. «C’est un peu comme ça que ça a commencé», a-t-il dit. «Je pense que le président Trump avait une sorte de point de vue particulier sur ce qu’il essayait de faire et puis il a juste laissé tomber. Je veux dire, c’était intéressant. Pendant un certain temps, j’ai eu l’impression que l'(administration) avait un ensemble d’exigences particulières, et puis ils ont tout simplement disparu», a-t-il ajouté.

Microsoft était en effet en pleine négociation avec ByteDance lorsque Donald Trump a lâché une bombe en annonçant publiquement qu’il préférerait bannir TikTok plutôt que de voir vendre l’app à une société américaine, rapporte le site Engadget. L’ex-président n’a cédé et permis la conclusion d’un accord qu’après un appel du patron de Microsoft, rappelle ce dernier.

(L'essentiel/man)