YouTube

11 septembre 2019 08:18; Act: 11.09.2019 10:51 Print

Les auteurs de vidéos pour enfants sont inquiets

Le changement annoncé par YouTube de ses règles publicitaires pourrait annihiler l'essentiel des revenus des créateurs de vidéos pour enfants.

«J'ai quasiment fait une crise d'angoisse mercredi», raconte Samuel Rader, qui décline la vie de sa famille en vidéo.

Sur ce sujet
Une faute?

Un vent de panique souffle sur YouTube, chez les auteurs de vidéos pour enfants: le changement annoncé de ses règles publicitaires pourrait annihiler l'essentiel de leurs revenus. «J'ai quasiment fait une crise d'angoisse mercredi», raconte Samuel Rader, qui décline la vie de sa famille en vidéo. «J'ai cru que nous allions devoir trouver une autre source de revenus!», ajoute cet ex-infirmier, qui a quitté son emploi pour se consacrer entièrement à sa chaîne, «Sam and Nia», il y a 3 ans. La très populaire plateforme vidéo de Google, mise à l'amende aux États-Unis pour avoir enfreint la loi sur le pistage des enfants à des fins publicitaires, a négocié un délai de 4 mois avant de changer les règles.

Outre l'amende de 170 millions de dollars, YouTube a promis de limiter la collecte de données sur les jeunes mineurs, et d'interdire les publicités ciblées ainsi que les commentaires et notifications sur les vidéos qui s'adressent à eux. Reste à déterminer les chaînes visées. «Notre interlocuteur chez YouTube nous a dit que notre chaîne présentait un risque faible, parce que nos contenus ne visent pas les enfants», relate Sam, à moitié soulagé. Comme lui, de nombreux parents filment et commentent leur quotidien sur YouTube: le «vlogging» familial, contraction de vidéo et blog, a explosé sur la plateforme.

«On va peut-être voir apparaître un nouvel équilibre»

Ils se mettent aussi en scène dans des formats populaires, comme des défis à réaliser (ne pas dire «non» à ses enfants pendant 24 heures, par exemple) ou le déballage d'«œufs-surprises», à grand renfort de mimiques exagérées, d'effets spéciaux basiques et de lucratifs placements de produits. Sur la chaîne de Sam (plus de 2,5 millions d'abonnés), les spectateurs peuvent ainsi regarder la famille s'amuser au parc d'attractions, faire ses courses de rentrée ou aller à la messe. Les fans peuvent même acheter des tee-shirts avec leur devise, «aimez-vous les uns les autres».

«Beaucoup de ces chaînes sont du "fait-maison", ce sont des petites entreprises artisanales et la publicité est leur seule source de revenus», explique Melissa Hunter, à la tête de Family Video Network, qui chapeaute des créateurs de contenus pour enfants sur YouTube. «Les auteurs ont peur. Qu'il s'agisse de 30 ou de 100 000 dollars par mois, ils ne gagneront plus rien en janvier». YouTube, dont les publicités très ciblées grâce aux données des utilisateurs génèrent des milliards de dollars de bénéfices pour sa maison mère Google, a reconnu que ces changements allaient avoir un impact financier significatif sur les créateurs.

«On va peut-être voir apparaître un nouvel équilibre, commente Nicole Perrin, analyste chez eMarketer. S'il devient impossible de pister les enfants, alors tout le monde se retrouve au même niveau. Les annonceurs ne vont pas disparaître». Mais l'équilibre semble un horizon lointain aux youtubeurs. Leur modèle économique, fragile, a déjà été perturbé par une succession de scandales ces dernières années (liés notamment à des contenus violents, inappropriés ou à des réseaux de pédophiles), qui ont entraîné des retraits d'annonceurs et des pertes de revenus. «Il faut changer la loi», estime Melissa Hunter, qui compte se rendre début octobre, à l'agence américaine de protection des consommateurs (FTC). Avec d'autres acteurs du secteur, elle considère que la loi qui protège les enfants du pistage est dépassée, car «Internet est déjà partout de toute façon, de l'électroménager à la télévision et aux enceintes connectées».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.