Google

31 octobre 2016 20:04; Act: 31.10.2016 20:07 Print

Les machines apprennent à communiquer en secret

Des réseaux de neurones artificiels ont développé des techniques pour chiffrer un message.

storybild

La saga «Terminator» a mis en scène les dangers de l'IA. (photo: Doris Fanconi)

Sur ce sujet
Une faute?

La dernière étape franchie dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA) ne rassurera pas le professeur Stephen Hawking ou l'entrepreneur Elon Musk, qui craignent des dérives technologiques néfastes pour l'humanité. L'équipe Google Brain, qui travaille sur l'apprentissage en profondeur («deep learning»), a montré que deux réseaux de neurones artificiels, baptisés Alice et Bob, ont été capables de mettre au point par eux-mêmes des techniques de chiffrement.

Dans les faits, Alice était programmée pour protéger la confidentialité d'un message (une série de chiffres composée de 0 et de 1) envoyé à Bob, tandis qu'une troisième IA, Eve, devait l'intercepter, écrit le New Scientist. Il a fallu 15 000 essais avant que Bob n'arrive à déchiffrer le message sans erreurs, tout en gardant la conversation privée aux yeux d'Eve. Cette dernière n'est parvenue à deviner que 50% du contenu, probablement par chance vu sa simplicité. L'étude a aussi montré qu'Alice et Bob ont progressivement changé de technique pour protéger la communication, sans algorithmes spécifiques.

«L'utilisation des réseaux de neurones artificiels n'a été possible que dans les dernières ­années, donc nous n'assistons qu'au début de ce qu'il sera possible de faire dans le futur», a déclaré Joe Sturonas, de la ­société de cryptographie PKWARE, qui croit au potentiel du «machine learning» dans ce domaine.

(L'essentiel/man)