Sur le web

14 mai 2019 07:55; Act: 14.05.2019 09:48 Print

Les moteurs de recherche alternatifs bridés

Les moteurs de recherche alternatifs séduisent les internautes engagés, mais restent dépendants des algorithmes de géants comme l'américain Google.

storybild

L'allemand Ecosia, les français Lilo et Qwant, l'américain DuckDuckGo et bien d'autres se sont lancés ces dix dernières années dans un marché écrasé par Google. (photo: Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Surfer sur Internet tout en plantant des arbres au Pérou, en soutenant la scolarisation en Thaïlande ou en protégeant ses données personnelles: les moteurs de recherche alternatifs séduisent les internautes engagés, mais restent dépendants des algorithmes de géants comme l'américain Google. L'allemand Ecosia, les français Lilo et Qwant, l'américain DuckDuckGo et bien d'autres se sont lancés ces dix dernières années dans un marché écrasé par Google, avec pour mantra de surfer solidaire, vert ou éthique.

«Si mes nombreuses recherches peuvent servir à quelque chose d'utile, autant le faire», témoigne auprès de l'AFP Caroline Berger-Angelini, 23 ans, une utilisatrice de Lilo, heureuse d'avoir soutenu une plate-forme de covoiturage ou des associations d'agroécologie. Avec Lilo, les utilisateurs accumulent à chaque recherche des «gouttes d'eau» - 1 000 gouttes générant environ 4 euros - et financent les organisations de leur choix. Près de 1,8 million d'euros - soit en moyenne entre 10 et 15 euros par internaute et par an - ont déjà été collectés, selon le décompte du métamoteur lancé en 2015, qui revendique un peu plus de 40 000 recherches mensuelles.

L'algorithme de Google reste inégalé

Ecosia, créé en 2009, participe à la reforestation dans plusieurs pays en reversant 80% de ses revenus publicitaires pour planter des arbres. La part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre a augmenté de moitié depuis 2013, passant de 2,5% à 3,7% du total des émissions mondiales, selon une étude de l'association The Shift Project, qui veut œuvrer «en faveur d'une économie libérée de la contrainte carbone». Mais, prévient Bela Loto Hiffler, cofondatrice de l'association Point de M.I.R, la «maison de l'informatique responsable», si ces métamoteurs proposent une «compensation carbone» et si les grands moteurs améliorent leurs technologies pour réduire leur impact environnemental, parler d'un moteur totalement «vert» est «illusoire».

«À partir du moment où il y a de la technologie, des logiciels, des infrastructures lourdes comme les "datacenters" (centres de données), il y a un impact», souligne-t-elle à l'AFP. Mais ces alternatives offrent une «vision encore appauvrie de la recherche» à l'exception de Qwant qui a développé ses propres algorithmes, selon le chercheur Olivier Ertzscheid. «Les métamoteurs n'ont pas de technologies de recherche, de bases de données. Ils se servent des résultats d'autres moteurs parmi lesquels ils font une sélection et qu'ils reclassent par ordre de pertinence», explique-t-il à l'AFP, affirmant que l'algorithme de Google reste inégalé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.