Jeux vidéo

08 juin 2019 16:26; Act: 08.06.2019 16:34 Print

Les poids lourds lancés dans la bataille du «cloud»

De Google à Ubisoft, en passant par Apple, nombre de poids lourds se lancent dans le jeu vidéo en streaming, vu comme l'avenir du secteur.

Sur ce sujet
Une faute?

Stadia sera disponible en novembre avec une trentaine de jeux à son catalogue, d'abord dans 14 pays, dont la France. L'offre de Google n'est pour le moment accessible en précommande que sous le format appelé «Édition fondateur», au tarif de 129 euros (ou 169 dollars canadiens), ce qui offre un abonnement de trois mois, un appareil Chromecast Ultra permettant de se connecter à un écran, et une manette.

Deux autres offres seront disponibles après le lancement de la plateforme, une à 9,99 euros (11,99 dollars canadiens) par mois baptisée «Stadia Pro», et une offre de base attendue en 2020 sur laquelle peu de détails ont été fournis. Les abonnés auront accès à des jeux gratuits et pourront aussi en acheter. Le premier titre gratuit sera le jeu de tir Destiny 2 (Bungie). Les blockbusters d'Ubisoft Assassin's Creed Odyssey et Ghost Recon Breakpoint seront disponibles à l'achat.

1 900 jeux en cours de développement

Google compte produire ses propres jeux et incite les studios à prendre eux aussi le train du streaming. Microsoft a récemment demandé à ses salariés de tester chez eux sa technologie baptisée Project xCloud. Pour le géant américain, il s'agit de permettre aux joueurs de profiter de jeux Xbox «avec qui on veut, sur l'appareil qu'on veut». Le groupe dit avoir mis à jour ses «datacenters» dans plusieurs régions, notamment l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord, afin de les synchroniser avec xCloud.

Il y a actuellement 1 900 jeux en cours de développement, qui pourraient tous tourner sur Project xCloud, de même que les jeux déjà sortis, selon Microsoft. L'entreprise pourrait donner des détails plus précis sur son projet dimanche avant l'ouverture du salon mondial E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles.

Un service d'abonnement à des jeux vidéo chez Apple

Sony a lancé il y a cinq ans son service PlayStation Now, qui permet de jouer en streaming sur les derniers modèles de consoles ou sur PC. Le service sur abonnement permet aussi de télécharger des titres sur la PlayStation 4. PlayStation Now coûte habituellement 20 dollars par mois, ou 99 dollars par an. Pourtant rivaux de toujours avec leurs consoles concurrentes, Sony et Microsoft ont récemment joint leurs forces pour aller plus loin dans le «cloud gaming», notamment grâce au savoir-faire de l'américain, un des des leaders du «cloud», l'informatique dématérialisée.

Apple a annoncé un service d'abonnement à des jeux vidéo, prévu pour la fin de l'année avec 100 jeux promis pour le lancement. Le groupe, qui assure que l'on pourra jouer en illimité sur iPhone, iPad et ordinateurs Mac, et ce dans 150 pays, n'a pas dévoilé son prix.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.