Application

22 mars 2020 17:25; Act: 23.03.2020 11:59 Print

Likee, l'app qui défie TikTok sur le marché américain

Le propriétaire chinois de l'application de création et de mise de courtes vidéos va investir massivement en marketing pour séduire les enfants américains.

Sur ce sujet
Une faute?

TikTok risque de voir une nouvelle application de courtes vidéos lui faire de l'ombre. Déjà dans le top 10 mondial des téléchargements en 2019, hors jeux vidéo, grâce à sa forte popularité en Russie et en Chine, Likee, ex-LIKE Video, va en effet mettre les gros moyens sur le marché américain. «Le moment est vraiment venu pour nous d'essayer de nous étendre à d'autres parties du monde, en particulier aux États-Unis», a déclaré Mike Ong, vice-président de Bigo Technology, propriétaire chinois de l'application.

L'objectif de l'entreprise est de faire des États-Unis, où l'application est déjà disponible, l'un des plus grands marchés de Likee. «Cela signifie un plus grand investissement en personnel et en argent», a commenté Mike Ong, sans fournir de détails supplémentaires. L'expansion de Likee aux États-Unis nécessitera des millions de dollars de marketing pour attirer les meilleurs influenceurs et les démarcher chez TikTok, YouTube (Google), Instagram (Facebook) ou encore Snapchat.

Gestion à Singapour

Likee veut suivre la trace de TikTok, devenu très populaire à l'heure de la crise sanitaire du coronavirus. Mark Zuckerberg s'était montré sceptique sur la stratégie utilisée. «La mode de TikTok grandit, mais ils dépensent énormément d'argent pour promouvoir leur application. Ce que nous avons constaté, c'est que leur taux de rétention des utilisateurs n'est pas très élevé une fois qu'ils arrêtent de faire de la publicité», avait déclaré le patron du groupe Facebook.

Le pavillon chinois peut entraver le succès de Likee au États-Unis, comme l'a expérimenté à ses dépens TikTok, qui a été considéré comme une menace nationale par les législateurs américains. La plate-forme vidéo courte a pris les devants en étant exploitée par une entité singapourienne. «Nos données ne sont jamais en Chine», a assuré Mike Ong. L'équipe américaine de Bigo Technology compte actuellement une centaine de personnes, dont la moitié se concentre sur la modération de contenu.

(L'essentiel/laf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le censuré le 23.03.2020 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surtout ne pas critiquer la Chine toute puissante, sinon gare à vous !

  • chinatong le 23.03.2020 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    "proprietaire chinois" on laisse tomber et on reste ou on est. la chine c'est fini qu'elle reste chez elle le temps d'apprendre le b-a-ba de l'hygiene

Les derniers commentaires

  • chinatong le 23.03.2020 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    "proprietaire chinois" on laisse tomber et on reste ou on est. la chine c'est fini qu'elle reste chez elle le temps d'apprendre le b-a-ba de l'hygiene

  • Le censuré le 23.03.2020 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surtout ne pas critiquer la Chine toute puissante, sinon gare à vous !

    • @Le censuré le 24.03.2020 03:50 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez raison, surtout ne pas critiquer la RPC, sinon vous serez censuré par la réaction qui est clairement pro-RPC ou financée par Pékin, qui sait?