Dans l'espace

07 août 2019 18:13; Act: 08.08.2019 09:18 Print

Peut-​​être bien de la vie sur la Lune maintenant

Des milliers de tardigrades, êtres quasiment indestructibles, auraient survécu au crash d'une sonde israélienne qui s'est écrasée en avril sur la Lune.

storybild

Aussi connus sous le nom d'oursons d'eau, ces animaux à huit pattes qui ressemblent à des larves, peuvent vivre dans l'eau ou sur terre, survivre à des températures allant de 150 à -272 degrés Celsius.

Sur ce sujet
Une faute?

Il pourrait après tout y avoir de la vie sur la Lune: les tardigrades, des milliers d'êtres virtuellement indestructibles capables de résister à des radiations extrêmes, à une chaleur étouffante, aux températures les plus froides de l'univers et à des décennies sans nourriture.

Ces êtres ne sont pas des extraterrestres, mais des Terriens microscopiques, qui auraient survécu après que la sonde israélienne Bereshit s'est écrasée en avril sur la Lune.

«une des formes de vie les plus durables de la planète Terre»

«Nous pensons que les chances de survie des tardigrades sont extrêmement élevées», a déclaré à l'AFP Nova Spivack, co-fondateur de la Fondation Arch Mission responsable de leur voyage, après l'analyse de la trajectoire du vaisseau spatial et de la composition du dispositif dans lequel les micro-animaux étaient stockés.

«Les tardigrades sont parfaits à stocker parce qu'ils sont microscopiques, multicellulaires et qu'ils constituent l'une des formes de vie les plus durables de la planète Terre», a expliqué Nova Spivack, précisant que les petites créatures de moins d'un millimètre avaient été déshydratées puis «enfermées dans de la colle époxy, et devraient pouvoir être réanimées à l'avenir».

Les tardigrades ont été entreposés dans une «bibliothèque lunaire», un appareil de nanotechnologie semblable à un DVD et contenant des archives de 30 millions de pages de l'histoire humaine consultables au microscope, ainsi que de l'ADN humain.

Pas de mission de sauvetage

Aussi connus sous le nom d'ourson d'eau, ces animaux à huit pattes qui ressemblent à des larves, peuvent vivre dans l'eau ou sur terre, survivre à des températures allant de 150 à -272 degrés Celsius, à des pressions quasi-nulles dans l'espace ou à l'écrasement de la fosse des Mariannes et revenir à la vie après avoir été asséchés pendant des décennies.

S'ils n'ont pas été décimés par une explosion, ils pourraient en théorie survivre aux conditions de vie de la surface lunaire, des températures extrêmes et une pression minuscule, a affirmé à l'AFP William Miller, un expert en tardigrades à l'université Baker, dans le Kansas.

Les chances de survie: 0

«Mais pour devenir actifs, pour grandir, se nourrir et se reproduire, il leur faudrait de l'eau, de l'air et de la nourriture», ce qui rend la formation d'une colonie de ces bêtes impossible, a-t-il précisé. L'astrobiologiste de la NASA Cassie Conley estime que leur temps de survie exact dépendra de l'état du site de l'impact et des températures auxquelles ils sont exposés.

«S'ils n'ont pas trop chaud, il est possible qu'ils puissent survivre assez longtemps (plusieurs années)», a-t-elle indiqué à l'AFP. «Je craindrais davantage que les animaux soient affectés par les produits chimiques toxiques de l'époxy ou de la colle» utilisée pour les stocker, plutôt que par les conditions dans l'espace, a-t-elle ajouté.

Mais même si les créatures survivent pendant plusieurs années, aucune mission en équipage n'est prévue sur la Lune avant le programme Artémis de la NASA en 2024 au pôle sud - loin du site de l'accident de Bereshit dans la Mer de la Sérénité, les animaux ne rentreront donc probablement jamais à la maison.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Loreleï le 08.08.2019 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    bon, ça y est, la pollution de la lune peut commencer, on en a bientôt fini avec la terre, il est temps de s'y mettre! Ben oui, parce que finalement, quelle pourrait être la conséquence de cet apport artificiel de vie sur la lune? OK j'exagère volontairement, mais je pense que sur le fond on n'est pas loin du compte...

  • stupido le 08.08.2019 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    ça y est, l'Homme, après avoir détruit sa planète, s'attaque maintenant à l'Univers.

  • Rebel le 07.08.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais oui, c'est évident ! J'ai toujours su qu'une autre espèce différente de nous pouvait survivre dans un milieu assez "hostile". Je trouve cet article extremement intéressant...

Les derniers commentaires

  • Loreleï le 08.08.2019 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    bon, ça y est, la pollution de la lune peut commencer, on en a bientôt fini avec la terre, il est temps de s'y mettre! Ben oui, parce que finalement, quelle pourrait être la conséquence de cet apport artificiel de vie sur la lune? OK j'exagère volontairement, mais je pense que sur le fond on n'est pas loin du compte...

  • stupido le 08.08.2019 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    ça y est, l'Homme, après avoir détruit sa planète, s'attaque maintenant à l'Univers.

  • Mosquito51 le 07.08.2019 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    Mais que fait la Ligue de protection animale pour permettre un tel traitement inhumain.

  • Rebel le 07.08.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais oui, c'est évident ! J'ai toujours su qu'une autre espèce différente de nous pouvait survivre dans un milieu assez "hostile". Je trouve cet article extremement intéressant...