Jeux

29 mai 2019 12:39; Act: 29.05.2019 12:53 Print

Pokemon Sleep veut vous faire jouer en dormant

La Pokemon Company, filiale du géant japonais Nintendo, a annoncé mercredi le lancement en 2020 d'un mystérieux jeu auquel on pourra s'adonner... en dormant.

storybild

Le «Pokemon Go plus +» sera doté d'un accéléromètre pour traquer le sommeil du joueur, données ensuite transmises à son smartphone via Bluetooth.

Sur ce sujet
Une faute?

Après la chasse à Pikachu et autres créatures imaginaires dans la vie réelle grâce à Pokemon Go, qui a séduit des millions d'adeptes depuis sa sortie en 2016, «nous nous intéressons désormais au sommeil» des joueurs, a déclaré le président de la société Tsunekazu Ishihara devant la presse à Tokyo. La société nippone n'avait pas directement développé Pokemon Go, mais elle avait collaboré avec le studio américain Niantic, à l'origine de cette application sur smartphone.

Cette fois, «notre objectif est de faire du sommeil un divertissement», a expliqué M. Ishihara. Il n'a rien divulgué du contenu, mais ce que l'on sait, c'est qu'il sera accompagné d'un accessoire portable conçu par Nintendo. Le «Pokemon Go plus +» sera doté d'un accéléromètre pour traquer le sommeil du joueur, données ensuite transmises à son smartphone via Bluetooth. Comme son aîné, le «Pokemon Go plus» qui se met au poignet, il permettra aussi de partir à la recherche des mythiques monstres en journée, avant de s'écrouler de fatigue le soir venu, sous l'œil attentif de Pokemon Sleep, a vanté la compagnie.

Des risques inconsidérés

La popularité des Pokemon («pocket monsters», monstres de poche), devenus des icônes de la pop culture mondiale, ne s'est jamais démentie depuis leurs premiers pas dans un jeu vidéo en 1996 sur la mythique console Game Boy, suivi d'un dessin animé diffusé à la télévision et de cartes à collectionner et échanger entre amis. Le lancement de Pokemon Go avait donné lieu à une frénésie.

Le jeu repose sur la réalité augmentée, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel et utilise la géolocalisation pour permettre à ses utilisateurs d'attraper les petits personnages fictifs. Il y a trois ans, les autorités de nombreux pays avaient lancé des appels à la vigilance et rappelé les règles de sécurité de base dans l'espace public, certains utilisateurs prenant des risques inconsidérés pour mettre la main sur des Pokemon.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.