Réseaux sociaux

19 novembre 2019 15:05; Act: 19.11.2019 15:13 Print

Snapchat dit lutter contre la désinformation

La maison mère du réseau social, qui est prisé par les ados, affirme vérifier les publicités politiques pour s'assurer qu'elles ne sont pas trompeuses ou fallacieuses.

storybild

La plateforme prisée des adolescents se démarque de Facebook et de Twitter.

Sur ce sujet
Une faute?

Les publicités politiques sur Snapchat sont passées au crible pour s'assurer qu'elles ne sont pas trompeuses ou fallacieuses, a confirmé lundi Snap, la maison mère du réseau social. La plateforme prisée des adolescents n'adopte ainsi ni la stratégie de Facebook - qui autorise la plupart des publicités politiques, même en cas de mensonge - ni celle de Twitter, qui va quasiment toutes les interdire.

«Nous examinons toutes les publicités, y compris les publicités politiques», a dit le président-directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, dans un article publié par CNBC. «Ce que nous essayons de faire, c'est de créer un lieu pour les publicités politiques sur notre plateforme, surtout dans la mesure où nous touchons beaucoup de jeunes et de primo-votants, nous voulons qu'ils puissent être intégrés à la discussion politique mais nous n'autorisons pas des choses comme la désinformation dans ces publicités», a poursuivi le jeune dirigeant.

Pavé dans la mare

Snapchat interdit les publicités politiques trompeuses ou fallacieuses et a une équipe chargée de décortiquer ces messages sponsorisés pour s'assurer qu'ils n'enfreignent pas la réglementation du réseau social. Fin octobre, Twitter avait lancé un énorme pavé dans la mare en annonçant que le réseau social n'accepterait plus aucune publicité à caractère politique où que ce soit dans le monde. La plateforme californienne a néanmoins indiqué vendredi exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de cette interdiction. Chez Twitter, ces règles vont entrer en vigueur à partir du 22 novembre.

Chez Facebook, on prône l'inverse. Mark Zuckerberg, le patron-fondateur du premier réseau social au monde, a récemment défendu les messages politiques sur sa plateforme, y compris s'ils comportaient des mensonges ou des contre-vérités, au nom de la liberté d'expression.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.