États-Unis

20 avril 2019 12:36; Act: 20.04.2019 12:43 Print

Son logiciel devait attaquer les banques

Spécialiste en cybersécurité, Marcus Hutchins avait réussi à stopper le virus WannaCry. Il vient de plaider coupable de piratage informatique.

storybild

Marcus Hutchins (à droite, ici avec ses avocats) passait pour un héros il y a quelques années. Il risque désormais la prison. (photo: AFP/Joshua Lott)

Sur ce sujet
Une faute?

Un jeune expert britannique en cybersécurité qui avait contribué à stopper l'énorme attaque informatique mondiale WannaCry en 2017, a plaidé coupable vendredi aux États-Unis, qui l'accusent de piratage il y a plusieurs années. Connu sous le pseudo «MalwareTech», Marcus Hutchins, 24 ans, dont l'arrestation aux États-Unis à l'été 2017 avait ébranlé le monde de la sécurité informatique, est accusé d'avoir créé et fait proliférer en 2014 et 2015 un logiciel destiné à attaquer le système bancaire.

Deux mois avant son arrestation, Marcus Hutchins passait pourtant pour un héros, un jeune génie de l'informatique vivant chez ses parents qui était arrivé à stopper les progrès du rançongiciel WannaCry, une attaque qui avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde, paralysant certains services publics et entreprises. Son arrestation avait exposé au grand jour les activités de «hackers» agissant à la limite de la légalité. Il avait ensuite été remis en liberté sous caution.

Dans une déclaration publiée vendredi sur son site internet, M. Hutchins a indiqué avoir plaidé coupable devant la justice américaine. «Je regrette mes actions et accepte l'entière responsabilité de mes erreurs», a écrit le jeune homme qui est devenu depuis un expert en cybersécurité, chargé précisément de repérer et lutter contre les virus et autres logiciels malveillants. «J'ai mûri et depuis, j'ai utilisé de façon positive les mêmes compétences dont j'avais fait mauvais usage il y a plusieurs années», a ajouté Marcus Hutchins qui risque prison et amendes. Interrogé par l'AFP, le ministère américain de la Justice n'a pas souhaité commenter.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.