En Afghanistan

14 février 2020 12:58; Act: 14.02.2020 13:19 Print

Timea, une serveuse de Kaboul très spéciale

Importé du Japon, un robot humanoïde travaille dans un restaurant de Kaboul. Sa présence apporte un peu de légèreté et amuse les Afghans.

storybild

La vue d'une serveuse à piles a apporté un peu de légèreté à Kaboul.

Sur ce sujet
Une faute?

La toute première serveuse robot d'Afghanistan présente une assiette de frites fumantes à une tablée interloquée de Kaboul. «Merci beaucoup», dit-elle en dari, l'une des deux langues principales de ce pays abonné aux atrocités et dont la machine égaie un peu le quotidien. Le robot humanoïde blanc à la tête profilée et aux bras articulés, qui mesure 1 mètre 50 et semble porter une jupe ample, se prénomme «Timea».

Importé du Japon, il a attiré les curieux depuis son entrée en fonction le mois dernier, se réjouit le directeur du restaurant, Mohammad Rafi Shirzad. «Il est intéressant pour beaucoup de gens ici de voir un robot dans la vie réelle», affirme-t-il. «Parfois, les enfants sautent de joie et de surprise quand ils (le) voient leur apporter de la nourriture.»

«C'est très intéressant»

Après quatre décennies de guerre qui ont laissé une grande partie des infrastructures de l'Afghanistan en ruine, la vue d'une serveuse à piles a apporté un peu de légèreté, à Kaboul. Ahmad Zaki, 9 ans, a voulu constater de visu l'existence de la machine. «J'ai vu le robot à la télévision et j'ai demandé à mon père de m'emmener dans ce restaurant», raconte le garçon.

Son père Ahmad Yusuf affirme avoir été amusé d'entendre parler cette serveuse résolument baroque. «C'est très intéressant et excitant de voir en personne un vrai robot en action», remarque-t-il. «Timea» est assez simple en termes de capacités. Il livre des assiettes aux tables, que les convives prennent ensuite sur un plateau, et est programmé pour éviter les obstacles sur son chemin. Le robot peut dire des phrases basiques, comme «Joyeux anniversaire». Les clients peuvent passer des commandes via un écran tactile placé sur son ventre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Baron Rouge le 15.02.2020 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne nous voilons pas la face les robots sont l’avenir de l’homme... (;

  • BettyB le 14.02.2020 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ´serveuse-robot ´ et non pas ´serveur-robot’ ? Un robot est un robot , ce n’est ni féminin ni masculin !!

  • Charmouta le 15.02.2020 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Dans ce pays il ne manquait qu'un robot serveur. Parfait merci

Les derniers commentaires

  • Rose le 15.02.2020 23:08 Report dénoncer ce commentaire

    Comme toujours ce sont les enfants qui sont le plus intéressés, émerveillés et actifs. Ce sont eux qui tirent leurs parents. Les adultes se contentent de faire un calcul socio-économique. "Quand cette technologie va-t-elle me privé de mon travail ?", sans penser qu'il s'agit là d'une décision de leur patron. La technique en elle-même est neutre.

    • OneStone le 16.02.2020 14:09 Report dénoncer ce commentaire

      L'Homme, tellement intelligent (du moins, il le croit), se réduit à zéro lui-même. Est-ce vraiment de l'intelligence ?

  • Baron Rouge le 15.02.2020 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne nous voilons pas la face les robots sont l’avenir de l’homme... (;

    • Fiona le 15.02.2020 17:54 Report dénoncer ce commentaire

      Ils sont plutôt la fin de l'Homme !

  • Charmouta le 15.02.2020 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Dans ce pays il ne manquait qu'un robot serveur. Parfait merci

  • @BettyB le 14.02.2020 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De un, parce-que le robot porte une jupe et de deux, parce-que dans certains pays les hommes refusent même de serrer la main d'une femme. Triste mais vrai.

  • HUGO le 14.02.2020 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    Mon dieu ça commence…. attendez quand ça viendra en Europe, le nombre de personnel en Horesca qui seront sans emploi!!!! Moi je ne veux pas être servi par un robot!