Application de rencontres

09 juillet 2020 14:19; Act: 09.07.2020 19:08 Print

Tinder teste ses premiers rendez-​​vous vidéo

L’application américaine de drague essaie la nouvelle option sur un nombre limité d’utilisateurs en France, en Italie et en Espagne notamment.

storybild

En pleine stagnation, la très lucrative application du groupe américain Match cherche de nouvelles recettes. (photo: FEM)

Sur ce sujet
Une faute?

Les premiers tests de la vidéo pour faire correspondre une paire n’avaient pas été jugés concluants par Tinder juste avant la pandémie de Covid-19. Mais la donne a changé pour l’application qui a rapporté l’an dernier 1,1 milliard de d'euros à sa maison-mère Match. Avec les exigences de respect des distances sociales, des utilisateurs se sont tournés vers des applications de rencontres vidéo comme Bumble ou des solutions plus classiques comme Snapchat.

Tinder a donc choisi d’insister en testant sa fonction vidéo à plus grande échelle. Les premiers utilisateurs vont accéder à cette option dans plusieurs pays, dont une série d’États américains bien sûr, mais aussi en France, en Italie et en Espagne. La nouvelle fonctionnalité baptisée «Face à Face» est simple à utiliser.

Aucune nudité ni contenu à caractère sexuel

Une fois que les deux tourtereaux potentiels ont été mis en contact d’un commun accord, ils peuvent indiquer qu’ils sont prêts à passer à une session vidéo en appuyant sur l’icône vidéo nouvellement ajoutée. Là encore, il faut que les deux utilisateurs aient expressément accepté l’option pour qu’ils basculent ensemble en mode chat vidéo.

Les adeptes de rendez-vous vidéo doivent accepter les règles de base pour toute session vidéo, soit aucune nudité ni contenu à caractère sexuel. Les conversations doivent également être dépourvues de tout harcèlement, discours de haine, violence ou toute autre activité illégale.

Interrogée par le site TechCrunch sur les moyens de contrôle qu’elle entendait appliquer, la filiale de Match est restée très vague. On ne sait pas dans quelle mesure Tinder interviendrait par exemple en cas de présence d’un prédateur sexuel ni en cas d’activité sexuelle consensuelle rémunérée, relève le site technologique.

(L'essentiel/Laurent Favre)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • employé le 10.07.2020 07:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de personnes atteintent du virus sans savoir , ont plusieurs rdv tinder ainsi répandent COVID 19 et le ramènent au travail après ..

Les derniers commentaires

  • employé le 10.07.2020 07:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de personnes atteintent du virus sans savoir , ont plusieurs rdv tinder ainsi répandent COVID 19 et le ramènent au travail après ..