Aux États-Unis

18 septembre 2020 08:13; Act: 18.09.2020 10:28 Print

Toujours pas d’accord pour la survie de TikTok

Les négociateurs s’efforçaient toujours jeudi de trouver une nouvelle structure de propriété aux États-Unis pour la populaire application chinoise de vidéos.

storybild

Washington craint que la plate-forme soit utilisée à des fins d’espionnage pour le compte de la Chine. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

À trois jours de l’échéance qui scellera le sort de TikTok aux États-Unis, les négociateurs s’efforçaient toujours jeudi de trouver une nouvelle structure de propriété pour la populaire application chinoise de vidéos qui soit acceptable tant pour Pékin que pour Washington. «Nous allons prendre une décision bientôt», a promis jeudi soir Donald Trump. Depuis quelques jours, un accord semble prendre forme qui permettrait à Oracle, basé en Californie, d’être le partenaire technologique américain de TikTok pour dissiper les craintes de Washington, selon lesquelles la plate-forme pourrait être utilisée à des fins d’espionnage pour le compte de la Chine.

Mais alors que le nom de ce potentiel partenaire a été officialisé dès lundi par le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, les détails de l’accord restaient flous jeudi. Certains médias évoquent une prise de participation minoritaire (jusqu’à 20%, selon CNBC) par Oracle, spécialisé dans les logiciels et services à destination des entreprises. La maison mère chinoise, ByteDance conserverait une participation majoritaire. Un comité de sécurité nationale du gouvernement américain (Cfius) examinait toujours l’offre d’Oracle, jeudi, alors que les législateurs républicains ont mis en garde contre le feu vert à un accord qui laisserait l’entreprise sous contrôle chinois. Cette application de vidéos courtes est extrêmement populaire chez les adolescents avec environ 100 millions d’utilisateurs aux États-Unis et jusqu’à un milliard dans le monde.

Irréconciliable?

Certains analystes relèvent le côté irréconciliable du dossier: trouver un accord apaisant les préoccupations des deux pays sur la sécurité, les algorithmes et autres technologies clés utilisés par TikTok. «Cela ressemble à un jeu à somme nulle où soit la Chine, soit les États-Unis obtiennent les avantages de la propriété intellectuelle et de la sécurité, et il n’y a aucun moyen pour les deux parties de partager cela», a ainsi commenté Betsy Cooper, directrice du Tech Policy Hub de l’Aspen Institute.

Selon cette ancienne fonctionnaire de la Sécurité intérieure, l’accord avec Oracle hébergeant des données en tant qu’actionnaire minoritaire «ne semble pas résoudre les problèmes de sécurité» soulevés par l’hôte de la Maison-Blanche et d’autres responsables américains. Pour l’heure, les autorités chinoises s’opposent à une vente par ByteDance des algorithmes utilisés par TikTok, censés détenir une grande partie de la valeur de la plate-forme. James Lewis, qui dirige la politique technologique au Centre d’études stratégiques et internationales, estime qu’Oracle pourrait encore obtenir l’approbation pour son accord au prix sans doute de changements. «La vente sera plus facile pour Oracle si ByteDance devient un propriétaire minoritaire», dit-il.

Six sénateurs républicains américains ont adressé une lettre à Donald Trump cette semaine. Ils écrivent que «tout accord entre une société américaine et ByteDance doit garantir que les opérations, les données et les algorithmes américains de TikTok échappent entièrement au contrôle de ByteDance ou de tout acteur dirigé par l’État chinois, y compris toute entité susceptible de tomber sous le coup de la loi chinoise les obligeant à accéder aux données des consommateurs américains». Donald Trump a menacé d’interdire TikTok aux États-Unis si aucun accord n’est conclu d’ici dimanche. Cette affaire est une nouvelle illustration de la bataille technologique qui se joue entre les deux plus grandes puissances économiques du monde.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.