Web

23 juillet 2021 14:00; Act: 23.07.2021 14:10 Print

Twitter cartonne avec 206 millions d'utilisateurs actifs

Le site de microblogging a enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net et un chiffre d’affaires meilleurs qu’attendu par les analystes.

storybild

Wall Street a été positivement surprise par la performance de Twitter au deuxième trimestre. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

Le nombre d’utilisateurs quotidiens, dits «monétisables», c’est-à-dire qui sont exposés aux publicités sur Twitter, a crû de 7 millions d’un trimestre sur l’autre, pour atteindre 206 millions fin juin. La plateforme attribue, entre autres, cette progression à des améliorations techniques qui permettent aux utilisateurs d’être davantage orientés vers les contenus et les sujets qui les intéressent, notamment grâce aux «Topics», tweets classés par grandes thématiques.

Twitter a aussi enregistré une forte hausse de ses revenus publicitaires, de 17% par rapport au trimestre précédent, Ils ont même quasiment doublé par rapport à la même période de l’an dernier (+87%), à 1,05 milliard de dollars. Le réseau social a expliqué, pour partie, cette performance par l’amélioration de ses outils de ciblage publicitaire et des outils disponibles pour les annonceurs autour de la vidéo. Séduit par cette annonce, le marché réagissait positivement, le titre gagnant 4,64% dans les échanges électroniques postérieurs à la clôture de Wall Street.

«La croissance des utilisateurs pourrait continuer à ralentir parce que la base est déjà imposante, mais nous pouvons nous attendre à une autre forte croissance des revenus publicitaires au prochain trimestre», a commenté le cabinet eMarketer. Au total, le chiffre d’affaires a atteint 1,19 milliard de dollars, contre 1,06 attendu, tandis que le bénéfice net par action a atteint 8 cents, contre 7 anticipés par le marché. Par ailleurs, Twitter dit avoir amélioré sa capacité à détecter des messages au langage fort ou ordurier, alors que le site est souvent critiqué pour la tonalité de certains échanges et la circulation de commentaires haineux.

(L'essentiel/AFP)