Réseau social

09 mai 2019 17:01; Act: 10.05.2019 10:43 Print

Un fondateur de Facebook prône la dissolution

Chris Hugues, cofondateur du réseau social, estime que le groupe devrait être scindé en trois parties. Il en a profité pour critiquer le PDG Mark Zuckerberg.

storybild

Facebook est régulièrement critiqué sur les questions de vie privée. (photo: AFP/Lionel Bonaventure)

Sur ce sujet
Une faute?

L'un des cofondateurs de Facebook, Chris Hughes, a appelé mercredi à scinder le groupe en trois. «Il est temps de démanteler Facebook» en séparant le réseau social, son activité originelle, des applications Instagram et WhatsApp, écrit Chris Hughes, dans une longue tribune publiée dans le New York Times jeudi. Ce texte est accompagné d'une photo où l'on peut distinguer les deux hommes, visages juvéniles, sur le campus de l'Université de Harvard en 2004, l'année du lancement de Facebook.

Mark Zuckerberg «a créé un Leviathan qui élimine l'esprit d'entreprise et restreint le choix des consommateurs», affirme M. Hughes, qui a quitté le groupe. Le réseau social américain, qui a acquis les applications Instagram et WhatsApp ces dernières années, attire 2,7 milliards d'utilisateurs mensuels sur l'ensemble de son réseau. Le groupe a dégagé un bénéfice de 2,43 milliards de dollars au premier trimestre. Mais il est empêtré dans une série de scandales sur l'utilisation indue de données privées de ses utilisateurs.

«En colère» contre Zuckerberg

Concrètement, Chris Hughes propose qu'Instagram et WhatsApp soient «dans un délai court» scindées de Facebook. Ces applications pourraient potentiellement être chacune cotée en Bourse, ajoute-t-il. «Même après un démantèlement, Facebook serait toujours extrêmement profitable, avec des milliards à investir dans les nouvelles technologies», ajoute-t-il. Il ajoute que ce démantèlement ne coûterait rien aux autorités américaines et qu'il permettrait d'offrir «des standards plus élevés de protection de la vie privée», grâce à la concurrence.

L'homme s'en prend par ailleurs sans ambages à Mark Zuckerberg dans son texte. «C'est un être humain. Mais c'est son humanité même qui rend son pouvoir, hors de contrôle, si problématique», écrit-il. Selon lui, M. Zuckerberg pourrait décider à lui seul de configurer les algorithmes de Facebook pour modifier ce que les abonnés voient sur leur fil d'actualité ou les paramètres de protection de la vie privée. «Je suis en colère que sa priorité accordée à la croissance l'ait amené à négliger la sécurité et la civilité pour la course aux clics», regrette-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sandro le 10.05.2019 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait interdire ces "drogues" complètement. On discute sur le cannabis, mais là, c'est pire !

  • moi le 10.05.2019 07:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour critiquer !

Les derniers commentaires

  • Sandro le 10.05.2019 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait interdire ces "drogues" complètement. On discute sur le cannabis, mais là, c'est pire !

  • moi le 10.05.2019 07:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour critiquer !