En France

06 décembre 2019 11:23; Act: 06.12.2019 12:22 Print

Un hacker qui «bosse avec de bonnes intentions»

Baptiste Robert, 30 ans, est un hacker renommé à l'international. Il débusque des failles jusque dans la messagerie sécurisée du gouvernement français ou du Vatican.

storybild

Baptiste Robert, 30 ans, est un hacker renommé à l'international. Une «action politique d'intérêt général», plaide-t-il. (photo: Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Baptiste Robert, 30 ans, est un hacker renommé à l'international. Depuis Toulouse où il vit, il débusque des failles jusque dans la messagerie sécurisée du gouvernement français ou une application du Vatican, une «action politique d'intérêt général», plaide-t-il. «Un jeudi, le gouvernement a annoncé le lancement de Tchap, une messagerie pour les hauts fonctionnaires, plus sécurisée que WhatsApp ou Telegram. Quand un hacker entend ça, ça sonne comme un défi», confie l'informaticien.

«J'ai du mal avec les annonces très affirmatives, voire prétentieuses. Le vendredi, j'ai débuté à 9h, et à 10h15, j'avais réussi, j'étais inscrit comme employé de l’Élysée dans Tchap et je pouvais communiquer avec tous les inscrits sur la messagerie», s'amuse-t-il, évoquant la «jouissance intellectuelle» procurée par l'exercice. S'il assume le terme de hacker, il lui préfère celui de «chercheur en cyber sécurité». «Je crois que mon action est utile, c'est une action politique pour la sécurité individuelle. Je constate une grand méconnaissance des enjeux de la cyber sécurité de la part de nos décideurs», s'inquiète Baptiste Robert.

Les services de renseignements veulent l'embaucher

Dans le monde des hackers, il y a des nuances. Le «black hat» (chapeau noir) est hors la loi, souvent maître-chanteur. Le «white hat» (blanc) est recruté par une entreprise, ou une institution, pour améliorer la sécurité de leurs produits. Le «grey hat» fait le travail de ce dernier sans y être invité. Le Toulousain se définit «comme un grey hat». «On n'a pas forcément l'autorisation, mais on travaille avec de bonnes intentions». Sans révéler les détails au public, il avait annoncé sur son compte Twitter avoir craqué Tchap en mai dernier, et a transmis aux autorités françaises ses trouvailles sur les faiblesses du dispositif.

Les services de renseignements français, et d'autres pays, l'ont contacté, lui proposant de l'embaucher. «Mais pas question, il faudrait pour cela que je déménage de Toulouse». Cet homme grand et mince, calvitie naissante, fines lunettes, plutôt iPhone et Mac que PC et Android, privilégie une qualité de vie. Diplômé de l'École nationale supérieure d'électronique, d'électrotechnique, d'informatique, d'hydraulique, et des télécommunications (ENSEEIHT), il travaille depuis son appartement, où il vit avec femme et enfants.

Marathonien, il part, quand il peut, courir le long du Canal du Midi. Sur son compte Twitter @fs0c131y, pas de photo. Il utilise le pseudonyme de Elliot Alderson, héros de la série américaine Mr Robot sur l'univers du hacking. Dans l'écosystème des hackers, explique-t-il, il y a aussi «des sociétés mal intentionnées prêtes à payer un million de dollars au hacker qui trouvera une faille de très haut niveau, le moyen par exemple de prendre à distance le contrôle d'un téléphone. Elles revendent ensuite la méthode à des gouvernements qui s'en serviront pour faire du renseignement, cibler des opposants».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pilule rouge ou pilule bleue Néo? le 06.12.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Marcher sur les traces de Kevin Mitnick relève un grand art! Même si peu de gens sont capables d’appréhender cela, les Hackers (white & grey hat) permettent à la société d’évoluer, de ne pas s’asseoir sur ses acquis, de remettre l’autorité et les acquis en question, et c'est ce que les chercheurs scientifiques appliquent également comme règles de base pour faire avancer les connaissances.

  • Le Suisse le 07.12.2019 21:38 Report dénoncer ce commentaire

    Bref tout le monde le connait.

  • Mono le 06.12.2019 19:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Badass. Je suis d'accord bcp de gens ne se rende pas compte des enjeux de la cybersecurité, des guerres impitoyables se mènent dans ce domaine...

Les derniers commentaires

  • Le Suisse le 07.12.2019 21:38 Report dénoncer ce commentaire

    Bref tout le monde le connait.

  • ITA le 07.12.2019 11:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une license pour utiliser internet ... hahahaha

  • Licence le 06.12.2019 23:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comme il faut un permis pour conduire, je pense qu il faudrait un permis pour utiliser internet ou même un ordinateur.

  • Mono le 06.12.2019 19:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Badass. Je suis d'accord bcp de gens ne se rende pas compte des enjeux de la cybersecurité, des guerres impitoyables se mènent dans ce domaine...

  • Pilule rouge ou pilule bleue Néo? le 06.12.2019 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Marcher sur les traces de Kevin Mitnick relève un grand art! Même si peu de gens sont capables d’appréhender cela, les Hackers (white & grey hat) permettent à la société d’évoluer, de ne pas s’asseoir sur ses acquis, de remettre l’autorité et les acquis en question, et c'est ce que les chercheurs scientifiques appliquent également comme règles de base pour faire avancer les connaissances.