Bande dessinée

31 octobre 2013 18:23; Act: 31.10.2013 18:23 Print

Une application virale victime de son succès

L'application Bitstrips de bandes dessinées personnalisées fait fureur. Mais elle doit faire face à des débordements inattendus.

storybild

Ses fondateurs ont voulu animer les statuts Facebook des utilisateurs qu'ils trouvaient «désespérément plats». (photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Bitstrips est l'application virale du moment. Ses fondateurs ont réussi le coup en voulant animer les statuts Facebook des utilisateurs qu'ils trouvaient «désespérément plats». Sous les plateformes mobiles iOS, Google Play et Facebook, Bitstrips caracole en tête des hit-parades aux États-Unis. Elle permet de créer en quelques clics des images sous forme de bandes dessinées.

Elle profite aussi et surtout des options simples de personnalisation permettant d'y placer les avatars de ses amis dans les différentes scènes à choix. «Notre app est une nouvelle manière de s'exprimer et d'interagir avec vos amis. Au lieu d'afficher toujours les mêmes banalités, vous pouvez créer véritablement quelque chose qui se réfère à votre vie», expliquait en juin dernier Baltimore Sun le PDG Jacob BlackStock.

Bloquée sur Facebook

Elle tire sa viralité de la facilité de partage sur Facebook. Mais elle semble déjà être victime de son succès. Alors que des problèmes de serveurs ont perturbé le service la semaine dernière, des internautes se plaignent de voir leur fil d'actualités submergé par des scènes de BD. Pire, certains sont mis en scène par leur «amis» dans des scénarios peu à leur avantage, voire carrément dégradant.

L'app se voit ainsi bannie et les publications bloquées sur Facebook par de plus en plus d'utilisateurs. Quant aux fondateurs de l'app canadienne, ils songent à monnayer leur succès. Jusqu'à présent, ils n'ont fait aucune publicité, ni levé aucun fonds.

(L'essentiel Online/laf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).