Justice brésilienne

13 octobre 2013 15:39; Act: 13.10.2013 15:40 Print

Une enquête antitrust lancée contre Google

Google privilégierait dans ses résultats de recherche ses sites thématiques comme Google Shopping, au détriment de sites concurrents de comparaison de prix.

storybild

Google privilégierait dans ses résultats de recherche ses sites thématiques comme Google Shopping. (photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil administratif de défense économique (CADE) du Brésil a ouvert vendredi une enquête antitrust sur Google après des accusations présentées par Microsoft et par une société brésilienne, a indiqué le CADE dans un communiqué. «L'enquête est partie d'accusations présentées par les entreprises E-Commerce Media Group -qui détient les sites Buscapé et Bondfaro- et Microsoft, qui développe le moteur de recherche Bing», a indiqué le CADE.

Selon l'accusation présentée par ces entreprises devant la CADE, Google privilégie dans ses résultats de recherche ses sites thématiques comme Google Shopping - qui permet de trouver un produit et l'endroit où l'acquérir - au détriment de sites concurrents de comparaison de prix comme Buscapé et Bondfaro.

Google induit l'usager en erreur

«Nous travaillons avec les organismes de régulation du Brésil pour répondre à toute préoccupation ou inquiétude qu'ils auraient. Les gouvernements et tribunaux du monde, dont le Brésil, ont déjà examiné les thèmes de concurrence et n'ont pas trouvé de violation des lois», a déclaré un porte-parole de Google.

Mais E-Commerce assure que Google induit l'usager en erreur, en n'identifiant pas le caractère publicitaire de certains de ses produits. Il l'accuse aussi de refuser de lui vendre de l'espace pour des publicités avec photo tandis que Google Shopping apparaît avec des images dans les recherches. Le CADE n'a pas donné de délais sur la durée de l'enquête.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).