Application disparue

28 janvier 2020 19:50; Act: 29.01.2020 16:19 Print

Vine renaît de ses cendres et rivalise avec TikTok

Arrêtée par Twitter en 2017, l'application de microvidéos tournant en boucle revient sous le nom de Byte, sur iOS et Android.

storybild

Byte se présente comme «à la fois très familier et nouveau». (dr)

Sur ce sujet
Une faute?

L'application de courtes vidéos prisée des ados TikTok doit compter sur un potentiel nouveau concurrent: Byte. Lancé sur iOS et Android, ce service est déjà en tête de l'App Store aux États-Unis. Il reprend là où Vine s'était arrêté il y a trois ans, après sa fermeture par Twitter. Et pour cause: l'app partage le même cofondateur (Dom Hofmann) et le même concept contraignant.

En effet, Byte ne permet pas de partager des vidéos tournant en boucle que de six secondes maximum, à l'instar de ce que proposait le service Vine. Ce dernier, racheté en 2013 pour 30 millions de dollars, avait atteint les 200 millions d'utilisateurs actifs. Mais l'application aux contenus créatifs et humoristiques avait subi la concurrence d'Instagram et de Snapchat, et beaucoup de ses créateurs avaient migré sur YouTube ou Facebook.

Le projet de relancer Vine avait été annoncé dès 2017, sous le nom de V2 par Dom Hofmann. «Nous espérons que cela trouvera un écho auprès des personnes qui avaient l'impression qu'il manquait quelque chose», a-t-il écrit sur Twitter en annonçant le lancement de Byte. En version bêta depuis avril 2019, le logiciel est désormais disponible pour tous dans 40 pays, mais pas encore en Chine, berceau de ByteDance, société mère de TikTok, qui a dépassé les 1,5 milliard de téléchargements fin 2019. Pour attirer des créateurs pouvant contribuer au succès de Byte, Dom Hofmann a d'ores et déjà annoncé un programme pilote de rémunération.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.