Internet

12 décembre 2019 09:01; Act: 12.12.2019 09:04 Print

YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus

YouTube est régulièrement mise en cause dans des scandales liés à la «brand safety», c'est-à-dire l'environnement dans lequel les publicités sont diffusées.

storybild

YouTube compte 2 milliards d'utilisateurs actifs mensuels et des outils publicitaires sophistiqués pour les cibler. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

YouTube a tout pour séduire les annonceurs: 2 milliards d'utilisateurs actifs mensuels et des outils publicitaires sophistiqués pour les cibler. Mais la plateforme vidéo de Google est régulièrement mise en cause dans des scandales liés à la «brand safety», c'est-à-dire l'environnement dans lequel les publicités sont diffusées. En clair, les marques ne veulent pas apparaître à côté d'une vidéo qui fait l'apologie du terrorisme, par exemple. Retour sur les principaux dérapages.

2016 : colère des youtubeurs

«Je crois que je ne peux plus vous appeler "mes chers bâtards adorés"», se plaint le commentateur politique Philip DeFranco à ses 4,5 millions d'abonnés en août 2016. Le célèbre «youtubeur» vient alors de recevoir un message de la plateforme lui signifiant qu'une de ses vidéos avait été démonétisée parce qu'il employait des termes insultants. D'autres auteurs dans des situations similaires s'insurgent contre cette «censure».

Les youtubeurs les plus populaires, qui ont fait de leurs vidéos leur métier, vivent essentiellement des revenus publicitaires. Ils constatent que les algorithmes et changements de règles compliquent de plus en plus leur quête de rendement. Certains auteurs très connus comme le Suédois Felix Kjellberg, alias PewDiePie, menacent de quitter la plateforme.

2017 : perte de confiance

En mars, le quotidien britannique The Times plonge Google dans l'embarras en révélant que des publicités de grands groupes ont été adossées à des contenus antisémites,dont une vidéo polémique de PewDiePie, incitant à la haine ou faisant l'apologie du terrorisme. Cette fois, ce sont les annonceurs qui menacent de partir. Des grandes marques comme Procter & Gamble ou AT&T passent à l'acte.

Le scandale révèle les faiblesses d'un système de vente d'espaces publicitaires automatisé, basé sur des algorithmes qui encouragent indirectement les contenus incendiaires. La confiance des annonceurs est ébranlée. Google adopte une batterie de mesures pour les aider à déterminer plus finement le type de contenus sur lesquels ils souhaitent voir leurs publicités apparaître.

2017 : commentaires déplacés

En novembre, YouTube efface des dizaines de milliers de vidéos d'enfants qui s'accompagnaient de commentaires à caractère pédophile, pour tenter de rassurer des annonceurs inquiets, dont certains avaient décidé de retirer leurs pubs de la plateforme, comme le groupe informatique américain HP.

«Nous avons des politiques claires contre les vidéos et les commentaires sur YouTube qui sexualisent ou exploitent les enfants et nous les appliquons de manière drastique quand nous sommes alertés», assure alors un porte-parole de YouTube. Google explique avoir investi pour mieux détecter les contenus douteux avec des outils d'intelligence artificielle et plus de moyens humains.

2018 : vidéo-suicide

Mais en janvier 2018, nouveau scandale: un acteur américain, vedette de la plateforme, déclenche l'ire des internautes en postant une vidéo montrant un homme qui s'était suicidé par pendaison, au Japon. Les images filmées par Logan Paul sont visionnées 6 millions de fois avant d'être retirées. YouTube renforce les règles d'accès et les contrôles de ses chaînes. Paul Muret, alors vice-président de Youtube, admet que 2017 a été «une année difficile avec plusieurs problèmes ayant affecté notre communauté et nos partenaires publicitaires».

2019 : un «réseau de pédophiles»

En février 2019, un blogueur relate comment des usagers de YouTube utilisent les commentaires sous des vidéos d'enfants (des petites filles faisant de la gym, par exemple) pour identifier et se transmettre certains contenus. Ils parviennent ainsi à contourner les interdictions de YouTube concernant la pédo-pornographie et à créer de fait une sorte de «réseau» de pédophiles.

Pour le blogueur, l'algorithme de la plateforme facilite ces agissements, en recommandant des vidéos similaires, et s'indigne que ces vidéos rapportent de l'argent grâce aux publicités adossées. Des marques boycottent à nouveau YouTube, comme Epic Games (derrière le jeu à succès Fortnite), Nestlé, Disney ou AT&T. YouTube dit avoir «immédiatement supprimé des chaînes et des comptes, signalé toute activité illégale aux autorités et désactivé les commentaires sur des dizaines de millions de vidéos incluant des mineurs».

2019 : harcèlement ciblé

Après avoir initialement refusé de supprimer les vidéos d'un commentateur d'extrême droite, Steven Crowder, qui se moquait régulièrement de l'orientation sexuelle de Carlos Maza, un journaliste gay, YouTube finit par le priver d'accès aux revenus publicitaires. Une mesure totalement inefficace, selon Carlos Maza.

Six mois plus tard, en décembre, la plateforme durcit ses règles contre le harcèlement, des insultes personnelles aux menaces implicites. Les dérapages successifs ne semblent cependant pas avoir affecté les revenus de Google, qui proviennent essentiellement des publicités personnalisées à grande échelle grâce aux innombrables données collectées automatiquement sur les usagers de ses plateformes. D'après eMarketer, le géant d'internet devrait capter 37,2% du marché publicitaire américain en 2019, soit une récolte de plus de 48 milliards de dollars (43 milliards d'euros environ).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • breff le 12.12.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    il est temps de trouver une nouvelle plateform car la liberté d'expression se perd à grands pas sur YT...

Les derniers commentaires

  • breff le 12.12.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    il est temps de trouver une nouvelle plateform car la liberté d'expression se perd à grands pas sur YT...