En ligne

15 octobre 2020 20:40; Act: 16.10.2020 14:52 Print

Zoom facilitera des conférences payantes

Surfant sur son succès, la firme californienne bâtit tout un écosystème autour de sa plateforme de visioconférence.

storybild

Le service est utilisé dans de nombreux secteurs, tant public que privé. (photo: keystone-sda.ch)

Sur ce sujet
Une faute?

L’application de visioconférence Zoom, dont la popularité a grimpé en flèche en 2020, à la faveur des confinements, a annoncé un nouveau service donnant la possibilité à l’organisateur d’un événement de faire payer les participants, soit pour se rémunérer soit pour faire des dons.

Lancée à l’occasion de Zoomtopia, la conférence annuelle de l’entreprise qui a lieu en ligne mercredi et jeudi, cette nouvelle plateforme a pour but d’aider les utilisateurs payants de Zoom à «développer leur entreprise et leur activité, toucher de nouveaux publics et donner en retour» grâce à la possibilité de faire directement des dons, souligne un communiqué.

Pas de commission au début

Avec ce nouveau service, intitulé OnZoom, les abonnés de l’application qui organisent des événements par visioconférence peuvent mettre à disposition de leur public des tickets pour y assister, gratuits ou payants, avec la possibilité de rediriger les recettes vers des organisations caritatives.

Pendant la période initiale de lancement, Zoom ne facturera pas de commission sur la vente de tickets virtuels. Chaque événement, qu’il s’agisse d’un cours de yoga, d’un concert ou d’un spectacle de stand-up, est limité à 1 000 participants, mais il est possible d’activer la diffusion en direct pour un public plus large. OnZoom est pour l’heure disponible en version bêta publique pour les clients de Zoom basés aux États-Unis, mais devrait être déployé dans le reste du monde l’an prochain.

Écosystème d’apps

Zoom a également dévoilé Zapps, un outil grâce auquel les applications de développeurs tiers peuvent être directement intégrées sur la plateforme de visioconférence, afin de faciliter le flux de travail

Cameo, Dropbox, Kahoot, Salesforce ou encore Slack font partie de la trentaine d’applications partenaires au lancement de Zapps. Parmi les autres annonces faites à l’ouverture de Zoomtopia, l’entreprise a présenté une «nouvelle offre de chiffrement de bout en bout» censée renforcer la sécurité de sa plateforme ainsi qu’une amélioration des outils pour intégrer les vidéos Zoom à des applications tierces.
Fondé en 2011, Zoom a rencontré un immense succès mondial avec la généralisation du télétravail causée par les mesures de confinement liées au coronavirus.


Le groupe assure accueillir régulièrement plus de 300 millions de participants par jour, dont «plus de 125 000 écoles qui utilisent Zoom gratuitement pendant la pandémie de Covid-19.»
À Wall Street, son action s’est envolée de près de 650% depuis le début de l’année.
«La période difficile que nous traversons nous a appris que le travail à distance fonctionne», a affirmé dans un communiqué Eric Yuan, le patron fondateur de Zoom. «L’avenir des communications sera une compilation hybride des meilleures pratiques physiques et virtuelles», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.