Mondial de l'automobile

05 octobre 2014 12:03; Act: 06.10.2014 09:52 Print

Des bolides en rêve, des voitures pas chères en vrai

Les petites citadines et voitures low cost ont profité des sombres années de crise pour se hisser en tête des ventes en Europe, et restent des modèles stars du Mondial de l'automobile.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Loin de leurs rêves de berlines racées et élégantes ou de belles sportives décapotables, les Européens portent en majorité leurs choix vers de petites voitures, peu chères à l'achat. Elles représentaient, en 2013, 40,9% des voitures vendues, soit beaucoup plus que les 33,9% de 2004, selon les chiffres des constructeurs européens (ACEA). En France, «ces véhicules de catégorie économique et inférieure» représentent plus de la moitié des ventes, selon François Roudier, du comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Le constructeur allemand Opel, dans le rouge depuis des années, dévoilait ainsi, au Mondial, sa nouvelle petite Corsa, son deuxième modèle le plus vendu, qui perd de la rondeur au profit d'un look plus racé et doit l'aider à remonter la pente.

Les constructeurs français ont également renouvelé cette année leurs modèles de citadines. Renault donne à sa Twingo des allures de Fiat 500, tandis que Citroën et Peugeot sortent les cousines C1 et 108. L'automobile «fait toujours rêver (les gens), mais dans la réalité ils achètent des voitures toujours moins chères», détaille Flavien Neuvy, directeur de l'observatoire Cetelem. D'une part, parce que les portes-monnaie des Européens se sont vidés, mais aussi car «la place de la voiture n'est plus tout à fait la même. La réussite professionnelle est de moins en moins affichée par la voiture», souligne encore Flavien Neuvy. Le conducteur d'une petite auto ou d'un modèle «low cost» n'est plus en butte aux railleries.

Projet low cost de VW… mais pas en Europe

En témoignent les pique-nique géants, qui rassemblent chaque année plusieurs milliers de fiers propriétaires de Dacia, la filiale roumaine et low cost de Renault, encore seule en Europe sur ce créneau. Sa Logan a ouvert la voie il y a dix ans, et fait aujourd'hui partie d'une gamme de sept modèles, dont un utilitaire et un SUV, 4x4 citadin très à la mode. Le concept est simple: une voiture avec peu d'équipements et un design basique, mais à un tarif plus de deux fois inférieur à ceux de Renault, grâce à des économies dans la conception (les plateformes sont celles de générations précédentes), la fabrication (la main-d’œuvre est Roumaine) et la distribution. «Personne n'a réussi à copier Renault», souligne Carlos Da Silva, expert au sein du groupe de consultants IHS, qui constate que «cela fait dix ans qu'on connaît ça en Europe de l'Ouest, il n'y a pas de concurrence».

En effet, aucun autre constructeur ne s'est lancé. Toyota vend du low cost - en Asie essentiellement - mais sans intention d'exporter ces modèles sur le Vieux Continent. Volskwagen aurait également un tel projet dans ses tiroirs mais qui ne viserait pas non plus l'Europe. La marque tchèque Skoda (groupe Volkswagen) est positionnée sur les prix bas. General Motors a tenté de placer sa marque Chevrolet sur le même segment en Europe, avant de la retirer du marché, et PSA Peugeot Citroën fait de sa marque aux chevrons son entrée de gamme. À l'inverse, certains constructeurs cherchent au contraire à monter en gamme, à l'instar de Kia ou Seat (marque espagnole de Volkswagen). En attendant, le groupe Renault profite de sa position, et a pu maintenir sa croissance pendant les difficiles années passées, grâce à sa filiale roumaine.

Celle-ci revendique, pour le premier semestre 2014, des ventes en hausse de 24,4%, et «la meilleure progression toutes marques confondues», en Europe. Le low cost représente «un vecteur de croissance considérable», souligne Flavien Neuvy, estimant que le segment «reste prometteur à court et moyen terme». Mais, affirme-t-il, si d'autres constructeurs ne rejoignent pas Dacia pour étoffer l'offre de ce créneau, son ascension pourrait devenir un peu moins insolente.

(L'essentiel/AFP)