Test auto

02 septembre 2016 09:00; Act: 01.09.2016 18:58 Print

L'«icône» DS3 Cabrio reçoit une nouvelle motorisation

Depuis six ans, la DS3 tente de bousculer les codes. Elle est la dernière de la marque DS à être restylée.

storybild

Sur la DS3 Cabrio, la manœuvre pour décapoter est toujours possible jusqu’à 120 km/h. Elle permet une sensation de grand air.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis son lancement en mars 2010, la DS3 a conquis quelque 400 000 clients. Ayant au passage abandonné toute référence à Citroën, DS assoit encore un peu plus le côté haut de gamme de la marque avec le deuxième restylage de sa première «icône».

Cette refonte esthétique a notamment pour but de resituer cette petite citadine au cœur de l’identité de marque, avec l’adoption de la fameuse calandre «DS Wings». Imposante, toute de chrome vêtue, elle dessine un hexagone d’où partent deux ailes chromées, soulignant les optiques.

Dans sa partie inférieure, cette calandre possède aussi deux fines moustaches au bout desquelles on retrouve des antibrouillards à LED. Profil et face arrière n’évoluent pas d’un pouce.

Dans l’habitacle, c’est quasiment le statu quo, si l'on excepte le nouveau pavé tactile. Dommage que les places arrière soient difficiles d'accès, comme le coffre (245 litres!).

Sous le capot, le nouveau 1.2 Puretech turbo 130 ch (BVM6) est donné pour 230 Nm, 4,5 litres aux 100 km et 105 grammes de CO2 émis par kilomètre.

Un moteur vaillant, tonique à souhait en reprise et finalement plutôt sobre. Dommage que la boîte de vitesses, assez lente, ne représente pas ce qui se fait de mieux. La direction, elle, est vive et précise. Ce qui fait au final de cette DS3 Cabrio une agréable voiture à défaut d'être parfaite.

(Denis Berche/L'essentiel)