SUV de Maserati

09 mars 2018 09:00; Act: 08.03.2018 20:05 Print

La Levante S a déjà changé

Avec sa Levante S aux 430 ch, Maserati n'a rien à envier à la concurrence.

storybild

Une faute?

Belle, costaude et super efficace à la fois! La Levante, SUV luxe version latine de Maserati, revoit sa gamme un an après son lancement. Et en profite pour hausser le niveau de ses équipements high-tech, histoire de marquer des points face à la concurrence.

Si Ferrari ne veut toujours pas se mettre au SUV, au contraire de Lamborghini avec l'Urus, Maserati fonce dans le segment. Et la marque au Trident de rappeler que le bloc V6 essence doublement turbocompressé de sa Levante S (430 ch, déclinaison la plus puissante), est produit du côté de Maranello, chez... Ferrari. Cette Levante doit «doubler» les ventes de Maserati. Plus de 30 000 exemplaires devraient être produits cette année, dont 40 % pour la Chine, où les femmes en raffolent, paraît-il.

Techniquement, la Levante repose sur la même plate-forme que les berlines Quattroporte et Ghibli. Et elle reprend les deux finitions GranLusso (élégance raffinée) et Gran Sport (sportivité affirmée). Désormais à assistance électrique plutôt qu’hydraulique, la direction est devenue bien plus précise et communicative. De quoi se réjouir avec les accélérations fougueuses de ce GranSport V6 3.0 de 430 ch.

Pour ce cru 2018, Maserati s'est mis au niveau côté technologie embarquée (régulateur de vitesse adaptatif, caméra à 360 degrés, système d’info-divertissement avec Apple CarPlay et Android Auto). La Levante fait aussi un pas vers la conduite autonome, même si elle impose encore de devoir tenir légèrement le volant. Séduisante comme tout ce qui vient d'Italie, la Levante impressionne par sa présentation léchée, son habitacle spacieux et sa suspension pneumatique jamais trop raide.

Elle offre surtout un plaisir de conduite immense, avec un moteur de 430 chevaux au bruit magnifique. Et malgré ses deux tonnes, elle n'est pas du genre à flemmarder.

(De notre envoyé spécial à Courmayeur et Cervinia (ITALIE), Denis Berche )