Passion

04 mars 2021 06:00; Act: 04.03.2021 09:16 Print

Le vin, un véritable acteur du cinéma!

Le vin et le cinéma entretiennent des relations particulières, depuis de très nombreuses années.

storybild

Le cinéma a fait la part belle aux grands vins au fil des années dans de très nombreux films.

Sur ce sujet
Une faute?

Outre les voitures, le vin et le cinéma ont toujours fait bon ménage. On peut même dire qu'il s'agit d'une véritable histoire d'amour. Et force est de constater que ce ne sont pas n'importe quels vins qui ont l'insigne honneur d'être sous le feu des projecteurs!

«Le vin est un symbole social, un signe distinctif de comportement. Faire boire une bouteille de prestige à leurs personnages permet aux réalisateurs de leur donner corps», expliquait Olivier Bouthillier, fondateur de Marques & Films, agence spécialisée dans le placement de produits sur les écrans, dans «La Revue du vin de France».

Et dans ce domaine, c'est sans conteste les châteaux du bordelais auxquels on pourrait remettre la palme du plus grand nombre de sollicitations. Sollicitations, oui, car d'une manière générale, c'est la production d'un film qui prend contact avec le château pour obtenir les droits de diffusion, car il est clair que ces grands crus classés n'ont pas besoin de figurer dans les scènes d'un film pour que leurs ventes soient dopées.

La part belle aux Bordeaux

Le château d'Yquem 1855, premier cru supérieur classé, de Sauternes, était l'un des vins préférés du réalisateur français Claude Chabrol, qui l'a intégré dans de nombreuses scènes de ses films. Dans une scène culte de «L'Aile ou la Cuisse», de Claude Zidi en 1976, Louis de Funès s'appuie sur la robe, la couleur et les larmes du vin pour découvrir un Château Léoville Las Cases de 1953.

Le Château Lafite Rothschild est à l'affiche dans le «Dîner de cons», de Francis Weber en 1998, ou encore «Kingsman: Services Secrets», de Matthew Vaughn en 2014.

Grand cru

Le dessin animé «Ratatouille», de Brad Bird en 2007, fait la part belle à deux grands Bordeaux, un Pauillac Château-Latour 1961 et un Château Cheval Blanc Grand Cru 1985 de Saint-Émillion. Le Château Angélus, Saint-Émilion Grand Cru peut se targuer de figurer dans une trentaine de films, dont «La Môme», d'Olivier Dahan en 2007, «Dialogue avec mon jardinier», de Jean Becker, également en 2007 et deux James Bond, «Casino Royale», de Martin Campbell en 2006 et «Spectre», de Sam Mendes sorti en 2015.

Le bourgogne est également à l'honneur, notamment le Romanée Conti Grand Cru, dont le millésime 1945 a été adjugé au prix de 482 000 euros! Ce domaine d'exception, et particulièrement le millésime 1966, s'invite dans la série télé «Gotham» en 2014 et dans «Saint-Amour», un film de Benoît Delépine et Gustave Kerven, où il est dégusté par les acteurs français et belge Gérard Depardieu et Benoît Poelvoorde.

(L'essentiel)