Pour son 70e anniversaire

09 octobre 2018 18:44; Act: 10.10.2018 13:05 Print

Alix l'intrépide est de retour

Créée en 1948 par Jacques Martin, la série «Alix» est un grand classique qui fête ses 70 ans avec une nouvelle histoire d'un nouveau duo.

storybild

«Alix T. 37 - Veni, Vidi, Vici». David B. et Giorgio Albertini. Casterman.

Sur ce sujet

Douze millions d'albums vendus dans les pays francophones, une traduction en quinze langues étrangères, le succès d'Alix, héros apparu pour la première fois le 16 septembre 1948, dans «Le Journal de Tintin», ne se dément pas. «Veni, Vidi, Vici» est la 37e aventure d'Alix à travers le monde romain. Pour fêter les 70 ans du personnage de Jacques Martin, le scénariste français David B. et le dessinateur italien Giorgio Albertini ont uni leurs forces, reprenant cette grande série du patrimoine de la BD franco-belge. «J’ai toujours adoré Alix. Je le lis depuis que je suis petit. J’avais tous les albums. Je me les faisais offrir par mes parents dès qu’il y en avait un nouveau», explique David B. («L’Ascension du Haut Mal»).

Une lecture qui lui permettait de combler son énorme appétit pour l’histoire à travers toutes les séries historiques. Un sentiment que Giorgio Albertini («Chrono-squad») partage. Passionné dès le plus jeune âge par l’histoire, l'Italien a découvert l’œuvre de Jacques Martin en France lors de vacances chez ses cousins. «C’était exceptionnel de trouver une BD historique faite avec tant d’attention. Je ne pouvais pas les lire, parce que c’était en français. Mais j’ai toujours gardé en moi ces images», dit -t-il.

«Retrouver l'origine du style de Jacques Martin»

La 4e aventure d'Alix, intitulée «La Tiare d’Oribal» et parue en 1958, leur a servi d'inspiration pour «Veni, Vidi, Vici». Le jeune Romain d’ascendance gauloise, agent personnel de César (mais qui se range parfois du parti de Pompée), revient donc dans un 37e album où il n’a pas pris une ride. Il retrouve le fil de l’histoire de la guerre civile romaine et celui de l’ascension de Jules César, tout en recroisant aussi le chemin de son plus vieil ennemi, le fourbe Arbacès.

«Nous voulions retrouver l'origine du style de Jacques Martin. On s'approche de lui, de sa ligne claire, mais l'album nous ressemble aussi», dit Giorgio Albertini. La preuve avec une vraie bataille et de nombreux personnages féminins. Ce que ne faisait pas Jacques Martin. Si les références au monde d'Alix sont multiples, David B. et Giorgio Albertini réussissent parfaitement leur coup. Le lecteur est embarqué dans un voyage qui se confond avec la mémoire de l’incomparable série de Jacques Martin. Nul doute que ce dernier aurait aimé cet album.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.