Bande dessinée

09 janvier 2019 09:00; Act: 09.01.2019 14:23 Print

«Aristophania», mélange des genres exquis

Après le très réussi «Maître d'armes», Xavier Dorison et Joël Parnotte se retrouvent pour une saga en 4 tomes, «Aristophania».

storybild

Xavier Dorison et Joël Parnotte ont tiré une saga de French Fantasy en quatre tomes.

Sur ce sujet
Une faute?

De leurs souvenirs d'enfance, peuplés de cabanes, de sorcières et de monstres, faits de fantastique et d'émerveillement, Xavier Dorison et Joël Parnotte ont tiré une saga de French Fantasy en quatre tomes. Marseille, 1900. Clément, ouvrier, est apprécié de tous. Homme juste et droit, père de famille, sa vie semble pourtant receler d’étranges secrets. Et sa mort sera aussi brutale que mystérieuse.

Gennevilliers, 1909. Victor, Basile et Calixte, les trois enfants de Clément ont grandi. Livrés à eux-mêmes, privés de leur mère qui croupit en prison, ils vivent de faim et de violence. Jusqu'au jour où une femme âgée les contacte. Elle se dit comtesse et prétend avoir connu leur père. Elle est à la fois étrange et rassurante, excentrique et attachante. Aristophania Bol les arrache à leur vie de misère, loin de la grisaille quotidienne.

«J'ai bossé la nuit pour écrire "Aristophania"»

Direction le Sud, son soleil et ses calanques, ses rivières et ses paysages sauvages. Mais derrière la beauté et la lumière de l'Azur, de sourdes menaces règnent. Elles ont pour noms Barboza, le chasseur de rats, ou Gédéon le Roi banni et sa sinistre cour de laquais. Tous attendent leur heure, tapis dans les recoins des quartiers sombres de Marseille. «J'avais imaginé ce projet il y a longtemps. Je rêvais d'une collaboration où dessinateur et scénariste seraient dans un échange permanent dès les premières idées. Avec Xavier, nous avons travaillé ainsi sur "Le Maître d'armes". Nous devions faire une pause, mais...», raconte Joël Parnotte.

«Mon agenda était complètement plein. En même temps, c'était Joël... Donc j'ai bossé la nuit pour écrire "Aristophania". Les deux premiers tomes sortent en 2019, les deux suivants en 2020 et 2021», explique Xavier Dorison. Dans ce conte pour adultes, «Aristophania», la dernière fée d’Azur, convoque même toutes les ressources de sa magie afin de protéger les enfants et de les révéler à leur destin. Les deux auteurs ne se cantonnent donc pas à une histoire classique. Pas leur genre. C'est un joyeux et savoureux mélange des genres avec scènes fantastiques, effets spéciaux, personnages aux super-pouvoirs. Entre fantastique flamboyant et réalisme social, entre merveilleux et romantisme noir, «Aristophania» nous envoûte.

«Aristophania T. 1/4». Xavier Dorison, Joël Parnotte. Dargaud.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.