Festival d'Angoulême

22 janvier 2019 11:24; Act: 22.01.2019 11:42 Print

La BD veut continuer à surfer sur son succès

Le festival d'Angoulême, le plus important pour la bande dessinée, va s'ouvrir jeudi. Le secteur se porte bien ces derniers temps, grâce notamment aux mangas et aux comics.

storybild

Les chiffres de vente de 2018 ont été bons. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le festival international de la BD d'Angoulême (Fibd) compte faire la part belle aux comics et aux mangas, deux genres qui rencontrent un succès croissant, lors de sa 46e édition qui se tiendra de jeudi à dimanche. Coup de chapeau à Batman qui fête son 80e anniversaire, mise en lumière de l’œuvre de Bernadette Després («Tom-Tom et Nana»), hommage à l'artiste italien Milo Manara («Le déclic», «Caravage») et aux mangakas Taiyo Matsumoto et Tsutomu Nihei seront quelques-uns des temps forts du festival.

Pour les organisateurs du plus grand rassemblement européen de la bande dessinée, avec 1 500 auteurs présents, Angoulême doit être l'occasion d'abattre les cloisons entre les différents genres. Dans un marché de l'édition en berne, la BD a fait mieux que tirer son épingle du jeu. Selon une étude de l'institut GfK réalisée à l'occasion du Fibd, la BD a atteint en 2018 son plus haut niveau de ventes et de chiffres d'affaires depuis 15 ans. L'an dernier, 44 millions d'exemplaires de BD ont été vendus générant un chiffre d'affaires de 510 millions d'euros. Les ventes de BD ont progressé de 2,5% en 2018 par rapport à l'année précédente.

Au sein de la famille BD, c'est le manga qui contribue le plus à la croissance du marché avec +11% de ventes en nombre d’exemplaires vendus en 2018. Les comics avec leur superhéros progressent également avec une hausse de 5% des ventes. Pour Stéphane Beaujean, directeur artistique du festival, «le festival d'Angoulême compte jouer son rôle d’accélérateur de plate-forme de rencontre des genres et des cultures».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.