Bande dessinée

30 septembre 2020 09:00; Act: 30.09.2020 21:13 Print

La persécution des Juifs fait l'objet d'une nouvelle série

«Les frères Rubinstein» se penche sur le destin de deux enfants juifs, Moïse et Salomon, qui ont grandi entre les deux guerres. Le premier tome est sorti, le deuxième arrive.

storybild

Le premier tome suit une famille juive d'origine modeste, qui vit dans le nord de la France. (photo: Delcourt)

Sur ce sujet
Une faute?

C’est une nouvelle saga qui vient de voir le jour avec «Les frères Rubinstein». «Nous sommes partis pour neuf volumes, répartis en trois cycles», indique le scénariste Luc Brunschwig. Le premier tome, sorti en août, évoque les aventures de Moïse et Salomon, deux garçons qui grandissent dans un coron du nord de la France, et que l’histoire conduit à vivre de nombreuses péripéties. Le deuxième tome est prévu le 14 octobre.

Dès leur enfance, ces Juifs subissent l’injustice de manière frontale. Moïse, élève très doué à la personnalité quelque peu effacée, se fait voler sa place de major de promo par le fils d’un riche industriel local, au prix d’une entente avec le jury. Son frère Salomon, plus débrouillard et bagarreur, tentera de le tirer de ce mauvais pas. Mais la haine de leurs congénères est tenace, au point que les héros doivent fuir. Le premier tome, dont le récit propose de nombreux flash-back, évoque déjà un voyage aux États-Unis et l’horreur des camps de concentration.

«Au-delà des clichés»

Pour Luc Brunschwig, le récit est très personnel. «Le sujet de la traque des Juifs a touché directement ma famille, mes parents ayant eu des proches déportés dans les camps de la mort, qui n’en sont pas revenus». Dès l’enfance, il s’est senti «héritier de cette sinistre histoire» qu’il qualifie «d’écrasante». Les années de recherche avaient pour but «de comprendre», notamment «le contexte social et psychologique qui a permis à toutes ces idées immondes de se concrétiser». L’auteur a même créé les personnages en fonction de son vécu, les personnages ayant été inspirés par lui-même et son frère: «Nous avons toujours eu ces caractères opposés. Moïse, l'intellectuel de la famille, pas à l'aise en société et Salomon, le réactif, toujours en ébullition, c'est lui et moi».

«Les frères Rubinstein» ont aussi pour vocation d’aller «au-delà des clichés». Il a voulu casser l’idée selon laquelle les Juifs d’Europe formaient une entité homogène. D’ailleurs, les deux héros font partie d’une famille très modeste, loin des clichés sur la richesse de leur communauté. «En France, il y avait les Juifs de la haute bourgeoisie, mais aussi des milliers de Juifs plus pauvres, des ouvriers très pauvres dont on parle peu aujourd’hui». D’où le fait qu’il était «difficile pour la communauté juive de s’exprimer d’une seule voix face à l’antisémitisme et au nazisme». L’album, agréable à lire grâce aux dessins simples et réalistes, aide à se replonger dans cette période passionnante et décisive.

• «Les frères Rubinstein». Tome 1, Shabbat Shalom. Luc Brunschwig, Étienne Le Roux et Loïc Chevallier. Delcourt, 15,95 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)