Bande dessinée

08 mai 2019 09:00; Act: 08.05.2019 13:15 Print

La petite bête qui monte et embête tout le monde

Toutes les données digitales de la planète ont disparu. Dans le chaos qui s'en suit, Kamron Obb se retrouve seul détenteur de la mémoire du monde.

storybild

Enki Bilal est passé maître dans l'art d'imaginer des futurs étranges et pas toujours très rassurants.

Sur ce sujet
Une faute?

En français, bug se dit d’un défaut affectant un programme informatique. En anglais, bug se dit d’un insecte, d’une bestiole, d’un virus. En Enki Bilal, bug se dit d'une situation mondiale critique, laissant le champ libre à toutes les subversions politiques.

En 2041, un homme taché de bleu, et au corps squatté par un alien, se retrouve dans la tourmente, convoité par le reste du monde. C'est que toutes les données digitales de la planète ont brusquement disparu, provoquant un gigantesque chaos.

«Tirer les fils de notre présent»

Kameron Obb, par l'effet du bug qu'il porte en lui, est le seul détenteur de toutes les datas perdues. Alors qu'il tente de retrouver sa fille, Gemma, kidnappée par des mafieux, il se retrouve chassé par tout le monde.

«Avec "Bug", il n'est plus tant question d'inventer le futur que de l'ausculter. Tirer les fils de notre présent pour en questionner ses conséquences. La révolution industrielle, Gutenberg... rien n'arrive à la cheville de ce qui est en train de se passer avec le numérique», explique Enki Bilal.

Si le premier tome de «Bug» s'intéressait au bug informatique frappant la Terre, le deuxième opus suit une intrigue plus intime, avec Kameron Obb prêt à tout pour retrouver sa fille. Le bug qui se loge dans son organisme n'est pas unique car plusieurs créatures similaires avaient envahi la station spatiale où il travaillait. Lui seul a survécu. Pourquoi?

Bilal veut encore surprendre ses lecteurs

«On ne se rend pas encore compte de dégâts que cette révolution numérique fait à la mémoire et à la transmission», explique Enki Bilal, jamais le dernier pour imaginer des futurs étranges et pas toujours très rassurants. «L'intelligence artificielle, c'est déjà notre présent. C'est aussi notre futur proche et notre futur lointain. Et c'est un futur encore plein d'inconnues».

Enki Bilal connaît le dénouement de «Bug», mais il veut encore surprendre ses lecteurs. Selon lui, les deux premiers volets forment une «infusion du sujet». Et d'annoncer que l'intrigue déjà dynamique devrait «se tendre» dans le prochain livre, alors qu'il travaille avec l'écrivain Dan Franck à une adaptation en série télé...

«Bug Livre 2».

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.