Bande dessinée

24 avril 2019 09:00; Act: 24.04.2019 11:26 Print

La saga «Nains» joue dans la cour des grands

«Nains», avec ses 480 000 exemplaires pour les treize premiers tomes, a cartonné. Les mystérieuses Terres d'Arran permettent toutes les aventures.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Redwin de la Forge, Ordo du Talion, Aral du Temple, Oösran des Errants, Tiss du Bouclier... et maintenant Brum des Errants (déjà le tome 14), «Nains» a trouvé son public.

C'est pourtant «Elfes» (déjà 24 tomes), une autre série, qui a lancé les aventures des mystérieuses Terres d'Arran peuplées d'elfes, de nains, d'orcs et de gobelins, de mages.

Quand Nicolas Jarry et Jean-Luc Istin ont lancé «Elfes» en 2013, ils ne pensaient certainement pas avoir un tel succès, «Orcs & Gobelins» (6 tomes) étant venu compléter la saga.

Cinq one-shots avec des récits autour de cinq races d’elfes pour commencer. «Nous voulons que les lecteurs lisent ces tomes comme ils le désirent. Chaque auteur est donc libre de bichonner son one-shot et chaque lecteur libre de se procurer l’album qui le séduit le plus. Bien entendu, les cinq albums lus ensemble portent plus de sens qu’un seul, c’est ainsi qu’on découvre le mieux cet univers», dit Jean-Luc Istin.

«Plus j'écris d'histoires d'une série, plus j'en maîtrise l'univers»

Avec «Elfes», «Nains» et «Orcs & Gobelins», les éditions Soleil ont misé sur un univers riche et addictif. Chaque album supplémentaire contribue ainsi à faire progresser la trame principale ou continue de déployer des éléments connexes qui pourront se rapprocher de l’ensemble dans un avenir proche ou lointain.

Proposer au lecteur un cadre fictionnel très construit avec une régularité de métronome (un album par mois en moyenne) répond aussi à la demande de consommation de certains lecteurs, habitués au rythme des séries télévisées.

«Plus j'écris d'histoires d'une série, plus j'en maîtrise l'univers et plus il m'est facile d'y développer mes intrigues», explique Nicolas Jarry. C'est ainsi qu'il a creusé Brum des Errants, nain apparu furtivement dans le tome 6.

Une «bible»

À la fois bête de combat et d'une intelligence rare, voilà ce gamin de la rue héros d'un album dessiné par Jean-Paul Bordier.

Pierre-Denis Goux, dessinateur du premier «Nains», a constitué une bible qui aide chaque dessinateur à trouver ses marques dans l'univers.

Avec ses grands espaces imaginaires et son bestiaire très construit, «Elfes» et ses déclinaisons marchent donc fort. Au point que les Terres d'Arran auront dès juin une quatrième série... «Mages».

(Denis Berche)