Bande dessinée

07 octobre 2020 09:00; Act: 06.10.2020 17:25 Print

La vie à Bruxelles du temps de la guerre

Patrick Weber et Baudouin Deville poursuivent leur série sur l’histoire de la Belgique, avec un récit qui se déroule pendant une période sombre.

storybild

Le Bruxelles de l'époque a été fidèlement reproduit. (photo: Éditions Anspach)

Sur ce sujet
Une faute?

Après «Sourire 58» et «Léopoldville 60», Patrick Weber et Baudouin Deville font revivre leur héroïne Kathleen Van Overstraeten à travers l’histoire de la Belgique. Mais cette fois, la jeune femme a douze ans, car les auteurs ont opéré un retour dans le temps, pour présenter «Bruxelles 43». «Du coup, forcément, elle est un peu moins actrice», explique le scénariste Patrick Weber.

Effectivement, le récit met en scène les parents de Kathleen, jusqu’à présent inconnus des lecteurs. Guillemette travaille à l’Innovation, un grand magasin de la capitale belge, tandis que Fernand tient un kiosque à journaux sur la place de Brouckère. Le père de famille est engagé dans la résistance mais se montre insouciant, au point que d’autres lui conseillent de se montrer prudent. Alfred, militant d’extrême droite et frère d’une amie de Kathleen, cherche à tout prix à surprendre ses activités pour les dénoncer.

«Anecdotes réellement vécues»

L’auteur s’est amusé à glisser des références à la bande dessinée, puisque Edgar Jacobs et Hergé font partie des clients de Fernand au kiosque. «Ce sont des figures tutélaires de la BD, j’avais envie qu’ils jouent un rôle dans l’histoire», lance Patrick Weber, qui voulait pour son récit un dessinateur adepte de la ligne claire. La face controversée d’Hergé, qui a continué à publier dans Le Soir, journal contrôlé par les Nazis, n’est pas éludée, tout comme la collaboration et le marché noir auquel s’adonnaient certains Bruxellois.

L’album montre la tension qui régnait en Belgique à cette époque. «J’aime traiter la grande histoire sous l’angle d’histoires individuelles, car cela donne une autre dimension. J’ai compilé des anecdotes réellement vécues», reprend Patrick Weber. Le personnage de Fernand serait inspiré de l’oncle de l’auteur, qui a connu le même destin. «La période est intéressante à traiter en BD, car il est finalement difficile de trouver des informations sur le Bruxelles de la Guerre», constate l’historien de formation. Très documenté et captivant, «Bruxelles 43», probablement le meilleur album de la série, tient du chef-d’œuvre.

• «Bruxelles 43». Patrick Weber et Baudouin Deville. Anspach, 14,50 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Palamunitan le 07.10.2020 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C‘est pareil sous Covid.

Les derniers commentaires

  • Palamunitan le 07.10.2020 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C‘est pareil sous Covid.