Bande dessinée

06 octobre 2021 09:21; Act: 06.10.2021 09:45 Print

Le marin Corto Maltese s'offre un nouveau périple

Le plus célèbre marin de la bande dessinée part pour le Japon puis l’Amérique du Sud, dans un voyage qui ressemble davantage à une errance.

storybild

Corto Maltese s'embarque dans un voyage improbable. (photo: Casterman)

Sur ce sujet
Une faute?

Corto Maltese vit toujours. Malgré le décès de son créateur Hugo Pratt, ses aventures se poursuivent. Cette fois, ce sont Martin Quenehen et Bastien Vivès qui proposent un récit à leur manière. Car les auteurs n’ont pas été contraints de fournir un travail de copiste, ils ont au contraire pu faire évoluer le héros dans leur propre univers.

En cette année 2001, le héros, censé participer à un abordage au large du Japon, sauve la victime au début de l’album, pour une raison que le lecteur ignore. Il s'avère que l’individu est un vieux mafieux japonais fâché avec sa fille. Entendant parler d’un mystérieux trésor, Corto bifurque vers l’Amérique du Sud. Rien ne se passe comme prévu, mais cela ne semble pas perturber le personnage nonchalant. Le marin prend le bus et le train, jusqu’à une grotte perdue en haut d’une montagne. Avant d’errer de nouveau.

Car Corto semble davantage subir que planifier son périple, sans s’émouvoir de la chose. Imperturbable face aux péripéties du monde qui l’entoure, il continue d’évoluer à sa manière. Les longs silences du héros font partie intégrante du récit, autant que les répliques grinçantes et savoureuses. L’ensemble donne un ton curieusement apaisant. Corto conserve son charme légendaire dans l’album noir et blanc, mais même les belles femmes ne semblent pas l’émouvoir outre mesure. Du grand Corto Maltese, en quelque sorte.

• «Corto Maltese. Océan noir». Martin Quenehen et Bastien Vivès, d’après Hugo Pratt. Casterman, 22 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.