Bandes dessinées

23 octobre 2020 11:02; Act: 29.10.2020 11:44 Print

Le racisme: nouvel ennemi coriace de Lucky Luke

L'homme qui tire plus vite que son ombre est confronté au racisme dans sa nouvelle aventure. Et pour les spécialistes de l'histoire américaine, c'est plus ou moins réussi.

storybild

Le cow-boy découvre une société très différente de son Far West, avec une élite blanche raciste qui terrorise ses ouvriers agricoles noirs.

Sur ce sujet
Une faute?

«Un cow-boy dans le coton», qui sort vendredi, est le troisième épisode de Lucky Luke signé du scénariste Jul et du dessinateur Achdé. S'il a été conçu bien avant la mort de George Floyd aux mains de la police, à Minneapolis, le 25 mai, le mouvement de protestation antiraciste Black Lives Matter le rend d'autant plus d'actualité. «Les Noirs étaient quasiment absents de l'univers de Lucky Luke», remarque Jul dans le dossier de presse. Mais «la résonance avec des questions brûlantes aujourd'hui est fortuite».

Quelques années après l'abolition de l'esclavage (en 1865), Lucky Luke hérite d'une plantation de coton en Louisiane, un État où ce cow-boy découvre une société très différente de son Far West, avec une élite blanche raciste qui terrorise ses ouvriers agricoles noirs. On croise une jeune femme noire révoltée appelée Angela – comme la militante Angela Davis – et le Ku Klux Klan. À quel point est-ce réaliste? Les avis d'universitaires français, spécialistes de la période, sont partagés.

Elodie Grossi, maître de conférences à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, déplore «une image romantisée des plantations de Louisiane, semblables à de grandes demeures opulentes, sans montrer la violence routinière et les conditions de vie et d'habitation des esclaves ou anciens esclaves».

Le dessinateur Achdé dit en effet s'être modéré dans la représentation de la misère, telle qu'elle transparaissait sur les photos d'époque qu'il a consultées. «Je me suis même censuré tant certains clichés, d'enfants notamment, étaient insoutenables». Nicolas Martin-Breteau, de l'université de Lille, lui donne raison: «C'est compréhensible. Très vite on voit que les travailleurs noirs sur les plantations vivent dans la pauvreté et la peur. Le travail historique me semble très bien fait».

Pour son confrère Michaël Roy, de l'université de Paris-Nanterre, une BD de 48 pages ne peut pas montrer toutes les nuances que traque un historien. «Les auteurs s'en tiennent donc à quelques représentations connues, à commencer par la plantation de coton, alors qu'en Louisiane c'est la canne à sucre qui prédomine».

Certaines parties ont séduit ce chercheur. «La définition qui est donnée du KKK, une "société secrète pour faire régner la terreur et maintenir la suprématie des blancs", est rigoureusement exacte». D'autres moins: «C'est toujours sur cette petite élite (de cultivateurs blancs) qu'on se concentre», or, elle a presque disparu après l'abolition de l'esclavage puisque «certaines plantations ont été brûlées, d'autres vendues aux enchères par des propriétaires ruinés».

«Le regard sur les Indiens est toujours un peu caricatural»

M. Martin-Breteau se dit «heureux que cet épisode paraisse. C'est important: à une époque où on débat de nos monuments, de savoir s'il faut les déboulonner ou les mettre en contexte, Lucky Luke est lui-même un monument, qui peut aider à la compréhension de l'histoire». «Ce qui serait formidable maintenant, ce serait que la série change de regard sur les Indiens. Là, elle reste un peu caricaturale. On est dans une période de guerre, de déportation et de pure et simple extermination. Lucky Luke, personnellement il est gentil, mais il appartient à un groupe social, les cow-boys, qui a participé à cette guerre», remarque-t-il.

C'est un défaut que perçoit également Élodie Grossi, contestant «le portrait qui est donné des Américains du Nord ou de l'Ouest, présentés comme tous uniformément antiracistes». Pourtant «il serait faux de considérer que seuls les États du Sud faisaient acte de racisme», rappelle-t-elle.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • racisme OU ? le 24.10.2020 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    vous faite honte avec l';Histoire de racisme sa suffi ,vous creer la rage et la violence ou nest pas presente ,

  • Madiou le 23.10.2020 22:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout est maintenant considéré raciste dès qu’il y a un semblant d’infériorité. Même l’histoire doit s’y plier pour oublier. Je suis tolérant et non raciste, mais à un certain point il faut se dire que les noirs finiront par prendre la suprématie aux autres races, ça ne s’appellera plus vivre dans un monde d’égalité. Ce monde ne peut pas se construire avec des dettes du passé.

Les derniers commentaires

  • racisme OU ? le 24.10.2020 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    vous faite honte avec l';Histoire de racisme sa suffi ,vous creer la rage et la violence ou nest pas presente ,

  • Madiou le 23.10.2020 22:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout est maintenant considéré raciste dès qu’il y a un semblant d’infériorité. Même l’histoire doit s’y plier pour oublier. Je suis tolérant et non raciste, mais à un certain point il faut se dire que les noirs finiront par prendre la suprématie aux autres races, ça ne s’appellera plus vivre dans un monde d’égalité. Ce monde ne peut pas se construire avec des dettes du passé.