Bande dessinée

18 mars 2020 09:00; Act: 17.03.2020 11:12 Print

Le voisin de palier devient un super-​​héros dépressif

La vie de José Ramon change le jour où il fait la connaissance de son drôle de voisin. D'apparence normale, il mène une double vie de super-héros.

storybild

Le super-héros mène une vie ordinaire, durant une partie de la journée. (photo: Dargaud)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une vie tout à fait ordinaire que semble mener José Ramon dans son appartement. Célibataire, ce jeune homme un peu enrobé travaille chez lui toute la journée pour préparer un concours, entre des appels à sa maman. Son quotidien est bouleversé au moment où il se rend compte que Javier, son voisin de palier, n'est autre que Titan, un super-héros. L'homme change de rôle lorsqu'il est appelé pour l'une ou l'autre mission, par exemple combattre son ennemi Tentacules.

Avec l'aide de son voisin quelque peu gauche, Javier cherche à tout prix à cacher sa double vie. Au prix de quelques stratagèmes souvent complètement ratés, comme lorsque José Ramon se ridiculise après avoir enfilé la fameuse cape rouge. Dans la vraie vie, Javier travaille à la rédaction du journal Cosmos, aux côtés notamment de sa compagne Lola. Les deux mènent une relation compliquée, la collègue finissant d'ailleurs par prendre ses distances.

«Le voisin», à l'origine écrit en espagnol par Santiago Garcia et Pepo Perez, séduit même les lecteurs rétifs à la science-fiction. Dans cette œuvre, adaptée par Netflix, le super-héros n'est qu'un antihéros, dont le costume semble trop grand pour lui et qui n'aspire qu'à une vie normale. Son comparse amuse par ses maladresses, notamment lorsqu'il tente de draguer la caissière du supermarché du coin puis la voisine du dessous. L'épais volume est en réalité constitué de trois histoires qui se suivent, chacune ayant son graphisme et son ambiance propre.

• «Le voisin». Santiago Garcia et Pepo Perez. Dargaud, 21 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.