Bande dessinée

01 septembre 2021 09:00; Act: 01.09.2021 10:31 Print

Les 1 000 vies de Louis Renault, héros puis paria

Un long album revient sur la vie tumultueuse du fondateur de la Régie Renault, héros de la Première Guerre mondiale puis mis au banc des accusés en 1944.

storybild

Louis Renault a réaffecté ses usines pendant la Première Guerre mondiale, sans perdre son impertinence pour autant. (photo: Le Lombard)

Sur ce sujet
Une faute?

Qui était vraiment Louis Renault? C’est ce que tentent de savoir le dessinateur Benjamin Benéteau et le scénariste Antoine Lapasset, qui expliquent avoir effectué «un travail de recherche extrêmement poussé» pour «démêler le vrai du faux». Le résultat aboutit à un album de 80 pages extrêmement denses, avec beaucoup de texte permettant de se faire une opinion sur le personnage.

Il est vrai que de nombreuses critiques ont été émises sur le fondateur de la marque automobile qui porte son nom. Louis Renault est accusé d’avoir collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et passe facilement pour un méchant profiteur. Mais «c’est beaucoup plus compliqué que cela», admet Antoine Lapasset dans une présentation de l’éditeur. Il explique avoir affronté «une propagande politique étonnamment toujours virulente» sur le sujet.

«Qui va se retrouver avec une usine inutile sur les bras?»

L’album revient sur l’enfance de l’industriel dans un milieu privilégié, au sein duquel le paternel gérait un commerce de draps et de boutons. Louis détonnait avec sa passion pour la mécanique, mal perçue par son entourage. Mais à peine les premiers succès esquissés, ses proches l’ont soutenu et suivi, à l’image de ses frères Fernand et Marcel. Les collaborateurs décrivent un caractère têtu et irascible dès sa prime jeunesse.

La Première Guerre mondiale a consacré Renault en héros, lui qui a reconverti ses usines pour fabriquer des obus puis les célèbres chars qui ont contribué au succès de l’armée française. Encensé de toute part, Louis Renault n’a pas perdu son côté colérique. «Qu’est-ce que je vais foutre de toutes ces merdes?», grogne le patron devant un alignement de chars devenus inutiles en temps de paix. Cette reconversion forcée a entraîné des difficultés pendant une dizaine d’années, perturbant sa rivalité avec Citroën. Ce dont il s’est hélas souvenu en 1940: «Et qui va se retrouver avec une usine inutile sur les bras, hein?».

L’album décrit un personnage complexe, loin d’être binaire. Les décisions de Renault en 1940, pas aussi simplistes que la légende les raconte, sont décrites avec soin. Ainsi s’est noué le destin d’un homme brillant, emporté par le chaos de son époque.

• «Renault. Les mains noires». Benéteau et Lapasset. Le Lombard, 16,45 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.