Bande dessinée

18 novembre 2020 10:00; Act: 18.11.2020 10:01 Print

Les Vieux fourneaux toujours aussi vigoureux

La bande dessinée culte du moment revient avec un sixième tome, qui fait voyager les truculents septuagénaires jusqu’en Guyane.

storybild

Les Vieux fourneaux conservent leur esprit révolté. (photo: Dargaud)

Sur ce sujet
Une faute?

Les Vieux fourneaux surprennent le lecteur dans leur sixième aventure. «Nous avions envie de faire évoluer les personnages dans un autre décor. Après Paris et le sud de la France, ainsi que des récits dans les îles du Pacifique, nous avons eu l’idée de les faire voyager en Guyane», explique le dessinateur Paul Cauuet. Voilà donc Antoine et Pierre dans l’avion, sur une invitation énigmatique de Mimile.

Pas de quoi faire décrocher un sourire à Pierre, toujours aussi révolté et agacé par tous les animaux exotiques qui le gênent. À ses côtés, Antoine tente de profiter du voyage, «un rêve d’enfance», pendant que Mimile se fait désirer. Mais le voyageur infatigable leur réserve des surprises, qui remontent à leur tendre enfance, lorsqu’ils faisaient les 400 coups dans un village du sud de la France. Avant que les compères ne se retrouvent mêlés à un groupe d’opposants à un projet minier. Ils entrent donc cette fois dans un aspect plus écologiste de leur militantisme, dénonçant la surexploitation des ressources.

Une série «sur le temps qui passe»

Les personnages restent des septuagénaires militants, chacun à leur manière: Pierre en anar colérique, Antoine en syndicaliste à la retraite et Mimile en baroudeur costaud. Les actions militantes de Pierre semblent d’ailleurs de plus en plus violentes: «Ils se radicalisent, à l’image de la société», relate le dessinateur Wilfried Lupano. Quant à Sophie, la petite-fille d’Antoine, elle ne fait qu’une brève apparition. «Mais elle reviendra certainement plus tard, j’aime bien mettre des personnages en avant puis en retrait, avant de les faire revenir», s’amuse Wilfried Lupano, qui aime le fait qu’il n’y ait «pas vraiment de personnage principal». Les protagonistes évoluent un peu au fil des albums, «même s’il est difficile de faire changer les gens à partir d’un certain âge», sourit Paul Cauuet.

Les personnages «ont du vécu, donc je peux revenir sur leur histoire personnelle», reprend l’auteur, qui évoque cette fois la jeunesse et les tourments de Pierre. Il voit les Vieux fourneaux comme «une série sur le temps qui passe». Entre des dialogues savoureux et deux références à Tintin, les auteurs ont réussi à captiver le lecteur avec un sujet, le troisième âge, qui pourtant semble au premier abord peu propice à l'humour.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.