BD

02 mai 2018 09:00; Act: 01.05.2018 16:44 Print

Quelques semaines d'un mois si particulier pour la France

MAI 68 Warnauts et Raives signent «Sous les pavés». Soit l'histoire de cinq jeunes dont les vies s'entrecroisent à Paris alors que la révolution éclate.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que la France va célébrer le cinquantième anniversaire de mai 68, Éric Warnauts et Guy Raives plongent, tête la première et à quatre mains, dans les coulisses de la révolte étudiante pour mieux tenter d’en comprendre les racines. Leurs trois précédents diptyques «Les Temps nouveaux», «Après-guerre» et «Les Jours heureux» dépeignaient la Belgique rurale des années 40 à 60. Cette fois, les deux auteurs se concentrent sur quelques semaines clés de l’histoire de France.

Bien qu’amis de longue date, Jay Ferguson, Françoise Bonhivers, Didier Saint-Georges, Sarah Tanenbaum et Gilles Dussart ne poursuivent pas les mêmes objectifs lorsqu’ils rêvent d’un renversement du vieux général De Gaulle. Venus d'horizons divers, l'ex-cow-boy pacifiste au passé chaotique (Jay), l'anarchiste révolutionnaire émancipée (Françoise), le dandy fils de député (Didier), la bourgeoise rebelle (Sarah) et le parfait opportuniste (Gilles) voient au passage leurs sentiments les plus profonds jaillir dans le magma de cette éruption si intense et si mythique.

Puisqu'il est impossible de résumer en bande dessinée toutes les manifestations de ce mai 68, Warnauts et Raives ont choisi d'expliquer, documentation et témoignages à l'appui, les oppositions politiques fondamentales qui ont fragilisé, dès le départ, le camp des mutins pour mener le «grand soir» tant attendu à l'échec. Pour autant, les barricades du Quartier latin, l’occupation de la Sorbonne et les débats sans fin du théâtre de l’Odéon n’ont pas été sans conséquences sur la société française.

C’est surtout au niveau social et culturel que l’esprit de mai 68 a eu un impact considérable, marquant une rupture entre la France héritée de la IIIe République - caractérisée par la permanence de valeurs conservatrices (autorité, famille ou religion) - et celle, post-moderne, qui était née des Trente Glorieuses.

Dans «Sous les pavés», tout commence quelques jours après la fin des événements de mai 68. Étudiant aux Beaux-Arts de Paris, Jay Fergusson est entendu par la police sur sa participation aux troubles. Il était avec ses amis Françoise, Didier, Sarah et Gilles lorsque le Quartier latin s’est embrasé. «Sous les pavés». Éric Warnauts et Guy Raives. Le Lombard.

(Denis Berche)