Bande dessinée

14 novembre 2018 09:00; Act: 14.11.2018 11:42 Print

Trois amis au milieu de la Seconde Guerre mondiale

«Dent d'Ours» est à la fois une histoire d’amour et d’espionnage, avec en toile de fond trois anciens amis d'enfance inséparables.

storybild

La série fait ainsi référence à de nombreux avions historiques ou des prototypes de l’époque.

Sur ce sujet
Une faute?

«J'avais envie de parler de trois enfants ordinaires et innocents mais appelés à faire des choix avant que la Seconde Guerre mondiale n'éclate. Qu'aurions-nous fait à la place de Max, Werner ou Hanna», dit Yann, scénariste de «Dent d'Ours» (six albums parus et un hors série). Silésie polonaise, dans les années 30. Trois enfants inséparables partagent une même passion pour l’aviation. Mais au loin, l’écho du martèlement des bottes nazies commence déjà à résonner. Bientôt, l’ouragan d’acier qui va ravager toute l’Europe contraindra Max, Werner et Hannah à effectuer de terribles choix.

S'ils font voler des modèles réduits de planeurs et des fusées artisanales, c'est en rêvant d'être un jour pilote. Quand ils découvrent le nazisme, qui ressemble à un scoutisme pour eux, Werner et Hannah, Allemands de pure race aryenne, s'engagent. Pas Max, car il est polonais et juif. «Max n'a pas le choix car il sait être du mauvais côté. Werner et Hannah ont un choix à faire, mais c'est aussi un non-choix. Comment distinguer le mal et le bien à ce moment de l'histoire? Quand on connaît la fin, le choix est évident. Ce n'est pas une thèse ou un réquisitoire. C'est juste un questionnement. Qu'aurais-je fait à leur place?», explique Yann.

Au gré des six albums, Max dit «le Polak», pilote d’exception engagé dans l’US Air Force pour combattre les nazis, aura pour mission d’abattre Hanna Reitsch, devenue pilote d’élite de la Luftwaffe et connue pour être devenue l’aviatrice la plus célèbre du Troisième Reich. Son ultime mission est de détruire New York grâce à une «bombe sale», portée par le Silbervogel. «"Dent d’Ours" est aussi une série axée sur l’aviation lors de la Seconde Guerre mondiale. C'est que les nazis avaient tout misé sur les "armes miracles", les fameuses wunderwaffe censées inverser le cour de la guerre». La série fait ainsi référence à de nombreux avions historiques ou des prototypes de l’époque. Dont le Silvervogel du tome 6, ancêtre de la navette spatiale, censé pouvoir aller bombarder New York. Hanna est aux commandes. Mais un homme peut interrompre les opérations et couper court au massacre programmé.

• «Dent d'Ours T. 6 - Silvervogel» et «Le secret du Dieu Ours». Yann et Henriet. Dupuis.

(Denis Berche/L'essentiel)