Bande dessinée

22 septembre 2021 09:00; Act: 22.09.2021 08:06 Print

Un adulte dialogue avec l'enfant qu'il était

Dans l'album «Quelqu’un à qui parler», Samuel, un trentenaire esseulé, téléphone... à Samuel, c’est-à-dire lui-même à l’âge de dix ans.

storybild

Samuel noue un dialogue régulier avec lui-même en tant qu'enfant. (photo: Le Lombard)

Sur ce sujet
Une faute?

Très seul le jour de son 35e anniversaire, dans une scène triste, Samuel Verdi a l’idée saugrenue de composer le numéro de sa maison d’enfance. Il tombe alors sur… lui-même en 1990, lorsqu’il avait dix ans. Se noue alors un dialogue régulier entre l’enfant et l’adulte qu’il est devenu. «Quelqu’un à qui parler», adapté d’un roman de Cyril Massarotto, bluffe d’entrée par son scénario très original et captivant.

«Le livre m’a tout de suite plu», abonde Grégory Panaccione, scénariste et dessinateur. Il n’a «pas voulu réaliser une adaptation classique, avec beaucoup d’éléments narratifs au-dessus des images», préférant un graphisme et une mise en page très dynamiques. Il ne s’est pas interdit «de traduire autrement certaines scènes du livre».

D'autres thèmes abordés

Le résultat est très convaincant, puisque le lecteur se laisse tout de suite prendre dans cette histoire surréaliste mais très attachante. «Samuel le trentenaire dialogue-t-il réellement avec l’enfant de dix ans, ou est-il dans un délire? Nous ne le savons pas, mais ce n’est pas important», estime Grégory Panaccione. L’adulte donne des conseils à l’enfant, par exemple d’éviter de porter un meuble, car il se souvient que cela l’avait conduit à l’hôpital. En retour, le gamin pose mille questions à l’adulte et affiche sa déception: «Ton travail est nul», «tu n’es toujours pas marié?!».

Au point de secouer le trentenaire pour faire bouger sa vie. C’est dans ce contexte qu’il fait la connaissance d’une collègue chinoise, objet de fantasmes. L’album aborde ainsi plusieurs thématiques, comme l’amour, mais aussi le monde du travail, près d’un chef colérique. Les regrets de la vie restent le fil rouge de l’histoire. «Nous nous demandons tous ce que l’on aurait pu faire autrement, c’est naturel. En plus, nous tentons sans cesse de revivre des sensations de l’enfance», conclut l’auteur.

• «Quelqu’un à qui parler». Grégory Panaccione, d’après le roman de Cyril Massarotto. Le Lombard, 22,50 euros.

Samuel se sent très seul au début de l'album.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JDCJDR le 22.09.2021 09:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a mal tourné Barbapapa

  • c'est bien ici? le 22.09.2021 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    et si on veut juste troller ?

Les derniers commentaires

  • c'est bien ici? le 22.09.2021 14:51 Report dénoncer ce commentaire

    et si on veut juste troller ?

  • JDCJDR le 22.09.2021 09:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a mal tourné Barbapapa